30/01/13/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE MERCREDI

30 janvier 2013

Actualités

(CongoForum)

La crise dans l’Est de la République démocratique du Congo n’a pas fini d’inspirer les journaux paraissant à Kinshasa qui y consacrent du reste leur manchette. Il y a cependant une variation : jusqu’ici, on ne parlait que de Kampala; désormais, il est question de Kampala, d’Addis Abeba et d’autres lieux. A propos de la crise dans l’Est, il apparaît assez rapidement que les Congolais ne sont contents, ni de ce que fait leur gouvernement, ni des organisation africaines, ni de l’ONU.

Est / gouvernement

Vouloir une chose et son contraire, voilà l’attitude affichée par le gouvernement congolais face à la crise dans l’Est du pays, souligne Le Potentiel qui titre: « Le gouvernement embarrasse ses partenaires ». Pour ce journal, Kinshasa s’est distingué par des déclarations qui montrent qu’il se dédit, se contredit et finalement tourne en rond.
Tantôt, il considère le M23 comme un interlocuteur valable ayant des revendications légitimes à faire entendre, tantôt il le fait passer pour une force négative appelée à être neutralisée par la Brigade spéciale d’intervention dont la mise en œuvre reste controversée. Ce ballottage criant embarrasse certains amis et partenaires de la RDC qui, désabusés, risquent de se laver les mains à l’instar de Ponce Pilate, prévient Le Potentiel.

Est/ ONU

L’Avenir titre en manchette : « Après le report sine die de la signature d’un accord-cadre à Addis-Abeba. L’ONU est à la recherche d’un consensus ». Cet article est essentiellement un compte-rendu d’une interview du Général Gaye, en visite à New York.

L’Avenir écrit « Les Nations Unies veulent mettre en place une « unité d’intervention » rapide de soldats africains. Leur nombre est estimé à un peu plus de deux mille hommes, chargés de traquer les groupes armés à l’Est de la RDC. En outre, le Conseil de sécurité vient de donner au Secrétaire général des Nations Unies le feu vert pour le déploiement des drones toujours dans région. Ces avions sans pilote devraient contribuer à surveiller les mouvements des groupes armés dans cette partie du pays.
*Pour le général Babacar Gaye, Conseiller militaire de Ban Ki-moon, les Nations Unies sont plutôt à la recherche d’un consensus pour trouver une solution par rapport à la situation qui prévaut actuellement dans le Kivu. *Depuis le rapport Brahimi, les Nations Unies considèrent qu’il faut la combinaison de plusieurs choses pour gérer une situation complexe. Il faut d’abord un mandat du Conseil de sécurité, il faut ensuite des ressources financières qui doivent se traduire en capacités militaires, il faut enfin une volonté des Etats membres.
Après le report sine die de la signature d’un accord-cadre pour la paix et la sécurité en Rd Congo qui avait pour mission de remédier aux causes profondes des violences récurrentes dans cette zone le 28 janvier dernier, Babacar Gaye, Conseiller militaire de Ban Ki-moon, dans une interview réalisée par Maha Fayek de la Radio des Nations Unies à New-York, calme la tempête.
En effet, les Nations Unies veulent mettre en place une « unité d’intervention » rapide des soldats africains. Leur nombre est estimé à un peu plus de deux mille hommes, chargés de traquer les groupes armés à l’Est de la Rdc. En outre, le Conseil de sécurité vient de donner au Secrétaire général des Nations Unies le feu vert pour le déploiement des drones toujours dans région. Ces avions sans pilote devraient contribuer à surveiller les mouvements des groupes armés dans cette partie du pays.
Au sujet de la déclaration selon laquelle la Monusco devrait être remplacée par une force africaine, Babacar Gaye pense qu’il ne voudrait pas faire de commentaire d’autant que dans sa position du Conseiller militaire du Secrétaire général, le commentaire suite à cette déclaration pourrait apparaître comme un début de polémique. Et ce n’est pas du tout ce qu’il faut actuellement. Mais il croit que nous sommes plutôt à la recherche d’un consensus pour trouver une solution par rapport à la situation qui existe actuellement dans le Kivu.
Quant aux renforts qui permettraient à la Monusco de gérer la crise à la frontière entre la Rdc et le Rwanda, le Conseiller militaire de Ban ki-Moon rappelle que depuis le rapport Brahimi, nous considérons qu’il faut la combinaison de plusieurs choses pour gérer une situation complexe. Il faut d’abord un mandat du Conseil de sécurité, il faut ensuite des ressources financières qui doivent se traduire en capacités militaires, il faut enfin une volonté des Etats membres. « Nous sommes dans un partenariat renforcé entre le Conseil de sécurité, les Etats membres et le secrétariat. Et c’est la combinaison de tous les efforts, de tous les engagements qui va permettre sur le terrain de faire face correctement à la situation. »

« Ladsous avait raison », écrit encore L’Avenir. Le Rwanda, qui maintenait longtemps le suspens en refusant le déploiement des drones, a quand même cédé, d’autant que la pression était forte. Et s’agissant de ces drones, Babacar Gaye indique que ce que nous avons surtout retenu, c’est le fait qu’il y ait eu un débat politique qui montre bien que le Secrétaire général adjoint chargé de maintien de la paix, M. Ladsous avait raison de poser cette question parce que la réaction des Etats membres montre bien qu’il s’agit d’une mesure qui doit contribuer à créer la confiance et qui ne peut pas être mise en œuvre valablement si elle n’est pas perçue comme telle. Donc, tout progrès dans ce sens-là est à saluer.
Et au sujet de ces drones, les Nations Unies attendent tout simplement d’avoir une meilleure connaissance de la situation. « Nous en attendons des informations qui vont infirmer et confirmer les différentes présuppositions qu’on ne manque pas de faire, donc c’est une meilleure appréhension de la réalité, c’est ce qu’on attend ».
Concernant les limites de l’utilisation de ces drones à l’instant, il y a aujourd’hui un consensus de leur déploiement. Mais il faut attendre dire que c’est dans le cadre du partenariat qu’ont été évoquées les limites de leur emploi et les avantages que nous allons pouvoir en tirer.
Même si le groupe rebelle semble toujours être actif à Goma, l’ONU pense que pour l’instant, ce qui compte, que les discussions se poursuivent à Kampala, et que des solutions acceptables pour toutes les parties soient trouvées.

« En sa qualité de Conseiller militaire, il lui a été demandé s’il y a toujours cette dynamique pour l’Est de la Rdc, ou bien c’est la question du Mali qui prend un peu le pas sur le problème de l’Est de la Rdc Pour lui, la volonté des Etats membres se traduit à travers la présence de leurs contingents sur le terrain et les contingents sont là. Ils protègent les populations en donnant le meilleur d’eux-mêmes et il croit que quelles que soient par ailleurs les crises qui émergent sur d’autres théâtres, les Etats membres qui ont déployé les contingents à la Monusco sont très engagés dans la mise en œuvre du mandat actuel de la Monusco. Il sied de souligner que Babacar Gaye est rentré du Congo effectivement avec une mission dont il a rendu compte à ceux qui l’avaient mandaté pour le faire. Mais il est également rentré du Congo avec le sentiment que la population notamment à l’Est du pays avait beaucoup trop souffert, et que tout ce qui pouvait être fait pour mettre fin à ces souffrances et qui est du devoir de la communauté internationale, c’est à cela que le bureau des affaires militaires au sein du département du maintien de la paix s’emploie ».

Le Phare note, sous le titre : « La RDC rappelée à l’ordre par ses ‘amis’ », que « pour ce qui est de différents scénarii de sortie de crise- Force Internationale Neutre, Brigade d’Intervention Rapide, changement de mandat de la Monusco- la voix du Congo ne compte plus. Ce sont les autres qui détiennent, entre leurs mains, les clefs de l’avenir du Congo et des Congolais ». L’échec d’Addis-Abeba devrait faire réfléchir davantage les Congolais sur le fait que malgré leur volonté de vivre ensemble, dans un Etat indépendant, souverain, un et indivisible, le monde extérieur voit les choses autrement. Et Le Phare de conclure « Avec ce qui vient de se passer à Addis-Abeba, il est fort probable que les « amis » du Congo imposent aux Congolais, le schéma tant redouté de Sun City/bis, qui devrait consacrer le partage du pouvoir entre les gouvernants de Kinshasa et les rebelles du M23 ».

Dans un autre article intitulé « Paul Kagame brutal mais franc », Le Phare rapporte qu’interrogé récemment par la grande chaîne de télévision américaine CNN, le président rwandais Paul Kagame n’a pas mâché ses mots pour marteler : « Nous avons un problème : la RDC ». Selon le maître de Kigali, le grand voisin de son pays est problématique sur pratiquement tous les plans : politique, sécuritaire, militaire, diplomatique, économique, social. Cela sous-entend que le Rwanda souffre terriblement du manque de leadership en RDC, souligne Le Phare.

Le Potentiel titre : « Ban Ki-moon est en faveur d’«un cadre politique et sécuritaire très vaste» en RDC ».
Ce journal écrit que le secrétaire général des Nations unies a fait ce plaidoyer au cours d’une conférence de presse animée à l’issue du 20ème Sommet de l’Union Africaine du 27 au 28 janvier à Addis-Abeba, en Ethiopie. Cela, après la concertation officielle des chefs d’Etat et de gouvernement du continent.

La Colombe soutient que « L’Onu sauve le M23 ».
Ce journal affirme « l’envoi d’une force internationale neutre ne fait pas l’affaire du secrétaire général de l’Onu. Au lieu des troupes pour mettre fin à l’occupation du pays, Ban-Ki Moon prône des négociations pour trouver les causes de l’insécurité ».

Divers journaux laissent transparaître leur perception de l’ONU et de la MONUSCO.

Le Palmarès : « Ban Ki-moon se bat pour satisfaire le Rwanda et l’Ouganda », « Les Nations Unies s’opposent à une force autonome qui échappe au contrôle de la MONUSCO présente dans le pays avec plus de 17 000 hommes. »

La Tempête des Tropiques : « Les Chefs d’Etat voudraient éliminer la MONUSCO de la course pour la SADC », « Le peuple congolais, qui pense sincèrement que la MONUSCO sera encore longtemps le moindre mal à supporter sur son sol, doit se lever sans plus tarder pour barrer la route à cette grande inconnue qu’est la l’armée de la SADC, en adressant des pétitions sans équivoques aux autorités du pays ainsi qu’aux dignes représentants de puissances qui se disputent l’hégémonie mondiale à l’heure actuelle. »

Le Palmarès : « Editorial : Kampala, 2eme regard », « L’intégration de le FIN dans le contingent des Casques bleus de la MONUSCO sans l’avis préalable des pays de la région des Grands Lacs, est une preuve de détermination de la communauté internationale à empêcher tout appui militaire aux rebelles. »

Le Palmarès : « Les chefs d’Etats espèrent un accord aujourd’hui à Kampala », « Il (Ban Ki-moon) s’est ensuite félicité des efforts fournis par la MONUSCO pour protéger les civils face aux violences dont ils sont victimes de la part des bandes armées. »

Est / Lumbala

La Prospérité titre aujourd’hui à la une: « RCDN : suspension prolongée! »
Ce journal fait état de la prolongation de la suspension du RCDN, parti cher à Roger Lumbala. Selon ce journal, les choses ne font que se compliquer pour Roger Lumbala et son parti. Pour n’avoir pas dénoncé le ralliement de son président au M23, le RCDN s’est vu infliger le carton jaune par Richard Muyej, Ministre de l’Intérieur, le 8 janvier dernier. Et, comme si cela ne suffisait pas, renchérit La Prospérité, le Tribunal de Grande Instance de la Gombe vient de prolonger, jusqu’au 23 février 2013, ladite mesure de suspension des activités du RCDN.
Et entre temps, à Kampala où il siège dans les rangs de la délégation du M23, pas plus tard que la semaine dernière, Roger Lumbala se serait fait tirer les oreilles par le Président ougandais, Yoweri Museveni pour qu’il cesse de proférer des propos indélicats contre la personne de Joseph Kabila.
(Il faut rappeler que les élections du 28/11/11 ont été organisées, tout comme celles de 2006, en faisant voter un « corps électoral inconnu », faute de recensement préalable de la population. Ce fait à lui seul suffirait à en « plomber » gravement la crédibilité. Elles ont, par-dessus le marché, été entachées de fraudes et de manipulations à un point tel qu’elles ont donné des résultats qui, en réalité, sont encore inconnus. Les fraudes les plus importantes ayant eu lieu au niveau des centres de compilation, on ne pourrait se rapprocher de la « vérité des urnes » qu’en se référant aux PV des bureaux de vote, dernière opération publique et vérifiée par des témoins. Les chiffres de la CENI ne s’accompagnaient pas de ces PV, les chiffres publiés par l’UDPS, non plus. L’Eglise n’a jamais publié les résultats partiels constatés par ses observateurs. On n’a donc que des résultats dont la crédibilité est nulle. Les législatives ont été dignes de la présidentielle, sinon pires. Mais la CSJ a entériné les résultats de la présidentielle et des législatives. Le temps s’est écoulé, les résultats des élections demeureront à jamais inconnus. Toute autorité prétendue ne relève plus que de la force, de l’intimidation, d’un coup d’état de fait. Le principal ressort de ce coup d’état consiste à progresser, comme si de rien n’était, dans les tâches qui suivent normalement une élection et à mettre le pays et le monde devant le fait accompli.
On peut difficilement imputer à crime, ou même qualifier d’indélicats des propos de Lumbala consistant à dire qu’il ne considère pas JKK comme un Président légitime, puisque la seul conclusion que l’on puisse tirer du capharnaüm électoral est que personne n’a été élu et que personne ne pourra l’être avant qu’un recensement ait enfin doté la RDC d’un corps électoral correctement identifié. Mais il reste que Mr. Lumbala a rompu un consensus existant pour ne pas discuter de ces questions avec le M23. NdlR)
Monitoring des Secteurs
Goma

Radio télévision Mishapi Voice TV

1. Un bande des présumés bandits armés dans le filet de la police nationale congolaise ce mardi ; Il s’agit des présumés voleurs des deux jeep land crusers au quartier Rutoboko. C’est sous l’égide du numéro UN de la police en province. Ces malfrats installés à Rutobko ont été mis aux arrêts hier. En effet, des hommes en tenues civiles ont braqué le véhicule de l’Ong ECHO FLIGHT à 20hrs la nuit du 28 au 29. Le dispatch ECHO FLIGHT déposait les agents après une réunion opérationnelle.

2. La campagne de distribution des moustiquaires imprégnées d’insecticide est une réussite à 95 pour cent. Ces sont les professeurs de l’université libre des pays des grands lacs qui l’affirment après enquête minutieuse menée sur toute l’étendu de la province du Nord-Kivu.

3. Trois sites d’enregistrement pour les nouvelles recrues dans les rangs des fardc vient d’être implantés à Goma. Désormais les jeunes dont l’âge varie entre 18 et 25 ans peuvent se présenter à la mairie de Goma, et dans les deux communes. Des agents pour les recevoir y sont déjà déployés. « Nous avons besoin de beaucoup des jeunes détenant jusque le certificat de l’école primaire, même ceux qui savent seulement écrire » a dit le colonel Biringo après s’être entretenu avec les autorités de la ville et les chefs des quartiers.

4. Une vive tension hier au campus du lac ; Les étudiants manifestaient contre la fixation non négociée des frais académiques. Pendant ces manifestations un étudiant de l’ISTM a été blessé par balle de la police qui a tiré à bout portant affirme le camarade de la victime.

Radio Kivu 1

1. Guéguerre au service des titres immobiliers de Goma , le secrétaire général du ministre nationale des affaires foncière s’est prononcé sur l’anti constitutionalité appuyée par certaines autorités du Nord-Kivu d’avoir permis au conservateurs Ntawanga Tchombe conservateur des titres immobilier du Nord-Kivu de poursuivre le travail pourtant sous le coup d’une action disciplinaire. Il est accusé par la DGRAD de détourner les recettes d’une mutation en province et les a utilisées avec sa secrétaire. Kalimira Katoto devait le remplacer par intérim jusqu’à la décision qui sera prise après le rapport attendue de la province.

2. La délégation du M23 affirme que les travaux de Kampala avancent normalement. Le secrétaire exécutif et chef de la délégation M23 Francois Ruchogozadit que les travaux avancent positivement. Il l’adit après consultations avec le facilitateur. Le premier rapport sur les accords du 23 mars est fini, reste le deuxième point des discussions, les questions sécuritaires, politiques, sociales et économiques et comment mettre en œuvres les accords, a dit le chef délégation du M23 à Kampala .

Radio télévision nationale congolaise, RTNC Goma

 La circulation des engins roulant moto est autre devient un casse-tête dans la ville de Goma ; C’est la conséquence de la fermeture momentanée de la route au rond point TMK suite à la réhabilitation routière. Trouver un passage devient pénible ; Il faut parcourir des longs détours avec des conséquences dont la consommation élevée du carburant et les crevaisons des pneus sur des tronçons non aménagés.

Radio okapi antenne de Goma

1. Les Chefs d’Etat de la région des Grands Lacs ont décidé, lundi à Addis-Abeba, de reporter, pour une date ultérieure, la signature de l’accord-cadre sur la paix dans l’Est de la RDC. C’était en marge du XXème sommet de l’Union Africaine. Cet accord définit la nouvelle stratégie, proposée par le secrétariat général des nations unies, pour terminer le cycle des violences dans l’est de RDC. La société civile du Nord-Kivu affirme que la population de l’Est de la RDC qui espérait déjà en une voie de sortie de la crise après la signature de cet accord se retrouve une fois de plus découragée. Pour le porte parole de cette structure, l’indifférence affichée par les chefs d’Etats membres de la CIRGL et de la SADEC dénote un manque d’une volonté politique d’aider le peuple congolais. Omar Kavota a été joint au téléphone Son//////// « Vous savez la population du Nord-Kivu a enduré les souffrances lui imposées par les groupes armés à savoir le M23, les Fdlr, les Adf Nalu et les autres forces négatives encore actives dans cette partie du territoire national. Nous pensions que l’heure du soulagement était venue, mais nous sommes surpris de l’indifférence affichée par les chefs d’Etat membres de la SADC, membres de la CIRGL et membres de l’UA pour que nous puissions continuer à avoir notre mal en patience. Et dans ce contexte précis, nous sommes en train d’appeler la Communauté internationale à la compassion, à la solidarité à ces millions de personnes qui sont déplacées, qui sont tuées, qui sont violées, qui sont enlevées. Et nous pensons que le Secrétaire général de l’Onu devait envisager un nouveau plan pour vu qu’on sauve de justesse ce qui peut être sauvé ce moment ». ///// Rappelons que cet accord devrait être signé par les chefs d’Etat de la région des Grands Lacs, sous l’égide du secrétaire général de l’Onu. Le porte-parole de Ban Ki Moon, Eri Kaneko, qui a annoncé ce report, n’a pas donné de détails sur les raisons de cette annulation.

2. Une dizaine d’écoles situées dans les environs de la ville de Goma affectées par la guerre ont reçu ce mardi des pupitres. Cette assistance du Haut Commissariat pour les Réfugiés, HCR, vise à répondre aux problèmes dégâts causés par la présence des déplacés dans ces écoles. Au total, mille pupitres ont été distribués à 17 écoles du territoire de Nyiragongo et celles autour du camp de Mugunga III, dans la périphérie de la ville de Goma. Ces écoles, au fait, avaient été affectées par la présence massive des déplacés internes qui avaient occupé ces écoles après les affrontements de Novembre dernier. Des pupitres et bien d’autres matériels scolaires avaient été utilisés comme bois de chauffe par ces déplacés pendant la période d’occupation de ces écoles.

3. Au Nord-Kivu: Au moins six cents cartons des cigarettes périmées, marque BONSTON, ont disparu dans un des entrepôts de la DGDA à Goma. L’ONG “Safe Enrironment and Enhanced for all”, qui dénonce la fraude, précise que ce lot de cigarettes est en cours de vente illicite dans la ville. L’OCC –Goma dit être au courant de ce dossier.

1. Un flou règne toujours sur le vrai propriétaire et la disparition de cette cargaison des cigarettes dans un des entrepôts de la DGDA. Dans un rapport publié par l’ONG-SAFE Environment and Enhanced for all hier, la marchandise déclarée périmée par l’OCC est mise en vente avec l’appui de la DGDA après quatre ans de fabrication. De son côté l’OCC confirme la saisie de cette cargaison des cigarettes avariées, Il précise qu’une procédure d’incération de cette marchandise était déjà entamée au niveau de la DGDA. Le même responsable affirme que la DGDA aurait autorisé les nouvelles analyses pendant que la marchandise devrait être incinérée. Le responsable de la DGDA accusé de complicité, n’ont pas souhaité s’exprimé sur cette affaire. Notons que la dite marchandise appartiendraient à l’ancien maire de Goma Rashidi Tumbula mais l’OCC dans son rapport cite madame Mayanga Katumbwe.

2. Le Directeur Exécutif de World vision, Justin Byworth accompagné d’Ivan Lewis, un parlementaire britannique ont effectué la semaine passée une tournée de visite aux projets de World Vision au Nord-Kivu. C’est en territoire de Masisi le long des bords du lac Kivu.

3. Quatre ans après sa mission en qualité du chef de bureau de la Monusco au Nord-Kivu, Mme Hiroute Guébré Selassié, vient d’être élevée par la hiérarchie de l’ONU au poste de directrice des affaires politiques de la Monusco en RDC. Lors des cérémonies, d’au revoir organisé en son honneur hier lundi à la résidence du gouverneur de province, madame Hiroute a été qualifiée de CITOYENNE D’HONNEUR DU NORD KIVU par l’exécutif provincial. Un diplôme d’honneur lui a été discerné par le gouverneur Julien Paluku en guise des reconnaissances et de mérites…
Bukavu

RADIO MAENDELEO

1- Prochainement le personnel de la fondation pourrait être a au moins 85% composé de congolais. Le responsable de cette entreprise minière au Sud Kivu l’a fait savoir ce mardi au cours d’une cérémonie organisée en ce sens à son bureau de Muhumba.

2- En Justice, nouveau rebondissement sur l’affaire de l’assassinat de Mlle Nicole Kashamuka. Deux militaires de la 10eme région ont comparu ce mardi 29 janvier au cours d’un procès public tenu dans la salle de l’audience de l’auditorat militaire de garnison de Bukavu, et seraient aux arrêts à la prison centrale de Bukavu. Selon nos sources ils seraient poursuivis pour avoir participé comme auteur matériel dans l’assassinat de Mlle Nicole Kashamuka. Dans son audience publique ce mardi 29 janvier à l’auditorat, le tribunal militaire de garnison siégeant en matière répressive au premier degré à procéder a l’audition des témoins, il s’agit entre autre du chauffeur du présumé auteur intellectuel de l’assassinat ainsi que le docteur ayant accueilli le corps le jour du meurtre a l’hôpital de Katana. Pour rappel, le 13 juin 2010, le corps de Nicole Kashamuka a été retrouvé sur la route vers Katana. Plusieurs individus ont été arrêtés et condamnés à perpétuité par le tribunal de grande instance de Bukavu, dont le fiancé de la défunte. Tous ces prévenus avaient interjeté appel.

3- La lumière n’est toujours pas faite sur les six millions de dollars volatilisés dans les ministères provinciaux du Sud Kivu et les présumés détourneurs ne sont toujours pas inquiétés. Révélation faite par la commission spéciale de l’assemblée provinciale qui avait déniché ces irrégularités.

4- Les finalistes des universités et instituts supérieurs congolais se plaignent du retard observés dans la délivrance du diplôme homologué en provenance de Kinshasa. Le conseiller du ministre de l’Enseignement Supérieur et universitaire en RDC lors de son dernier passage a Bukavu, Papy Bukula a fait savoir que cette situation s’explique par le nombre important de diplôme a délivrer et le retard enregistrés dans le cycle qui va de la délibération des étudiants dans leurs universités jusqu’à la signature des diplômes par le ministre. Pour pallier a cette situation pour cette année académique, le ministère a pris des dispositions de précéder d’abord l’enquête de scolarité juste au début de l’année académique, et lorsqu’il y a déjà contrôle de scolarité, on envoie directement les diplômes a Kinshasa pour l’homologation directement.

5- La Banque mondiale est prête à financer certains projets de développement communautaire dans la commune d’Ibanda. Il s’agit entre autre la réhabilitation de la voirie urbaine, des avenues, des aires de jeux mais aussi de la gestion et de la transformation des immondices. C’est ce qui justifie la présence d’une délégation de cette institution dans la ville de Bukavu depuis ce mardi 29 janvier.

6- Sensibiliser sur la bonne gouvernance pour un meilleur avenir, les collectifs des associations des femmes de l’organisation du développement congolaise dénommé « service d’accompagnement et de renforcement des capacités d’autopromotion de la femme au Sud Kivu » (SARCAF) c’est l’une de recommandations ce mardi au cours d’une assemblée générale ordinaire de ces collectifs.

RTNC

1- A l’assemblée provinciale du Sud Kivu, les membres de la Commission Spéciale chargée de confronter les ministres aux chefs de divisions au sujet de l’exécution du budget 2011-2012, demande au gouverneur de province de sanctionner sévèrement les auteurs de malversations financières.

2- La relance de certains projets de développement de la commune d’Ibanda a été au centre de l’audience que le bourgmestre Douglas Dunia Mukome a accordé hier mardi 29 janvier à une délégation de la Banque Mondiale en séjour à Bukavu. La délégation a procédé à l’évaluation des projets prioritaires initiés dans les cadres de la réalisation du budget participative de la commune d’Ibanda. Parmi les problèmes évoqués figurent entre autre ceux liés à l’environnement dont le ramassage des immondices comme le confirme le bourgmestre de la commune d’Ibanda.

RADIO NENO LA UZIMA

1- Le président des réfugiés burundais Ndaye Saba Alphonse a été enlevé par des inconnus avec ses trois enfants, dont deux filles sur l’axe Rubanga-Lemera dans les moyens-plateaux d’Uvira. La Commission Nationale pour les Réfugiés (CNR) qui a annoncé la nouvelle, se dit inquiète de la situation et demande au service de sécurité à protéger les réfugiés vivant sur le sol congolais. Le président de cette organisation nationale Christophe Migale a affirmé le lundi 28 janvier que plusieurs réfugiés burundais ont été victime d’attaque, de menace de mort et d’enlèvement l’année dernière dans la plaine de la Ruzizi. Rappelons que ces refugies sont arrivés en RDC entre 1964 et 1993, ils ont fui des hostilités tribales et ethniques dans leur pays d’origine.

2- Au Nord Kivu, la chef de bureau de la MONUSCO Mme Hiroute Guebre-Sélassié dit au revoir après ses quatre ans de service dans le Nord Kivu. Elle a été proclamée par le gouverneur du Nord Kivu comme « citoyenne d’honneur du Nord Kivu » en présence des membres du gouvernement provincial et de l’assemblée provinciale.

3- « L’observatoire des droits des femmes de la presse écrite dans la sous-région des grands lacs » est une structure qui vient d’être mise en place. C’était au cours d’un atelier sous régional de deux jours qui a porté sur l’échange d’expérience des femmes des medias, sur le rôle de la presse indépendante et la place spécifique de la femme dans le monde de l’édition. Un article prônant la femme au positif a été élaboré a la fin de ces assises. Notons que ces assises ont regroupé les journalistes de trois pays des grands lacs dont le Burundi, le Rwanda et la RDC.

RADIO OKAPI BUKAVU

1. Une cinquantaine de Raia Mutomboki munis d’armes blanches et d’armes de chasse en provenance du village de Mulo, ont assiégé ce mardi, le village de Lusenge, dans la chefferie Wakabango I, dans le territoire de Shabunda. Selon la société civile locale, ces Raia réclament la libération d’un de leurs détenus depuis le dimanche 27 janvier par le mwami Moligi Joseph de la chefferie des Wakabango. Conséquence : boutiques et marchés sont fermés dans cette localité où règne présentement une grande confusion, selon la même source.

2. A Uvira, 2 morts et quatre blessés graves. Tel est le bilan d’un éboulement causé par les pluies diluviennes survenues la nuit de lundi à ce mardi dans le quartier Mulongwe, cité d’Uvira. Selon l’administrateur de ce territoire, il s’agit d’un mur d’une maison qui s’est écroulé sur les occupants. Les deux personnes sont mortes sur le champ. Les blessés ont été évacués à l’hôpital. L’administrateur Lunganga Samuel ajoute que d’autres dégâts sont entrain d’être enregistrés dans d’autres quartiers.

3. Deux corps sans vie ont été repêchés du lac Kivu, l’un à Minova, l’autre à Nyabibwe, deux cités situées dans le territoire de Kalehe, ce lundi dernier. Selon le président de la société civile du territoire de Kalehe qui donne l’information, les victimes sont des élèves de 1e et de 2 e année de l’école secondaire dans ces deux cités. Leur décès serait dû aux pluies diluviennes qui s’abattent ces derniers temps sur le territoire. L’inhumation a eu lieu ce mardi, en présence des autorités locales et des membres de leurs familles.

4. En territoire de Fizi, un accident de circulation a fait un mort et une dizaine de blessés lundi après midi sur la route entre Fizi-centre et Misisi. Un camion chargé des marchandises et des passagers s’est renversé dans un ravin à Mahombwa, village situé à 5 Kms au sud de Fizi-centre. Un passager est mort sur le champ, les autres blessés ont été évacués à l’hôpital général de Fizi. La police affirme de son coté que l’excès de vitesse est à l’origine de cet accident car le véhicule roulait sur une falaise boueuse.

5. En territoire d’Uvira … un corps a été retrouvé sans vie lundi matin sur le large du lac Tanganyika, dans la cité d’Uvira, non loin du marché maendeleo. Des armateurs sur une embarcation à moteur qui se rendait vers Kigoma, en Tanzanie l’ont découvert sur leur parcours. Il flottait sur les eaux du lac. Les agents de service lacustre qui ont récupéré ce corps l’ont identifié. Il s’agirait d’un jeune pêcheur opérant du coté nord du lac, vers Kavimvira et Kilomoni. La victime était absente du toit paternel depuis quatre jours. Et c’est pour raison de ses activités de pêche sur le lac.

6. Dans le territoire de Fizi, la radio communautaire de baraka vient de reprendre ses émissions suspendues depuis huit mois suite à une panne survenue sur son émetteur. Selon le directeur de cette radio, Jonas SEBA, ces émissions reprennent grâce à l’intervention technique des ONG Search for Common Ground et la Benevolencija. Avec une capacité de 1000 watts, la radio communautaire Baraka est très écoutée dans le milieu et arrose sur plus ou moins 50 Kms dans Fizi.

7. La Fondation BANRO a organisé ce mardi, à Bukavu, autour de la piscine de son bureau à Muhumba,dans la commune d’Ibanda à Bukavu , une cérémonie de présentation de sa brochure et de ses activités de l’année 2012.La cérémonie a été présidée par Mr Martin Jones, Chairman de la Fondation BANRO, venu de Toronto, au Canada, pour la cérémonie. La même fondation inaugure ce mercredi 2 écoles primaires construites sur fond propre de la fondation à Burhuza dans le territoire de Walungu et à Mulambi dans Mwenga.

8. Le rôle du Genre dans la recherche sur la culture du haricot à l’Est de la RDCongo,c’est le thème d’un atelier de formation organisé dans la salle de conférences de l’INERA Mulungu, depuis ce mardi 29 janvier. L’atelier est organisé par l’INERA Mulungu en collaboration avec le Centre International d’Agriculture Tropicale CIAT en sigle. Y prennent part les chercheurs et d’autres acteurs qui interviennent dans les activités sur le Genre. Le but de l’atelier c’est entre autres, d’intégrer le Genre dans les activités de recherche sur cette culture et d’autres. Les travaux vont durer trois jours.

9. Dans le cadre de sensibilisation sur la campagne d’éveil patriotique et de la mobilisation de la population sur les enjeux politiques du moment, le Noyau communal de la Société civile de Bagira-Kasha, s’est entretenu ce lundi 28 janvier dernier, avec la Coordination des jeunes du secteur Fariala, dans le quartier Nyakavogo, en commune de Bagira. Selon le président de ce noyau, il a été demandé aux jeunes venus nombreux à cette rencontre, de demeurer vigilants, de dénoncer tous les cas suspects d’insécurité, dé faire preuve du nationalisme et du patriotisme .Ceci pour faire échec aux potentiels ennemis de la patrie, a indiqué la même source.

© CongoForum, le mercredi 30 janvier 2013

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22