Au politique congolais : ma question et mon questionnement

2 février 2013

Interview

(Le Potentiel 02/02/2013)

Opérateur politique congolais, pour avoir choisi d’être l’élite du peuple et son porte flambeau, le peuple congolais t’a déjà choisi, si pas encore, au moment opportun, pour le représenter et parler pour lui – le souverain primaire et dépositaire du pouvoir que tu détiens, ou que tu vise encore. Voilà pourquoi je t’adresse cette question simple et simpliste, pour toi et pour la patrie.

Peux-tu t’identifier?

Te connais-tu ? Connais-tu ton nom ? Ton post-nom ? Et ton prénom ? Peux-tu t’identifier ? Par rapport à toi-même ? Par rapport à ton foyer et ta famille biologique ? T’identifier par rapport à ta famille sociale et ta famille professionnelle ? Par rapport à ta communauté ? Par rapport à ta famille politique et ton parti politique ? T’identifier par rapport à ton pays et à la nation congolaise ? Par rapport à ta patrie et au Congo démocratique ? Par rapport à sa constitution ? Par rapport aux populations du Congo et aux habitants du Congo ? T’identifier, enfin, par rapport au congolais lambda et au peuple congolais, le souverain primaire? Qui es-tu par et pour le Congo, et pour toi-même ?

Connais-tu la constitution de la RD Congo ?

Connais la constitution de la RD Congo ? Et son historique et son contenu ? Et son utilité pour la nation, pour le pays et pour l’état ? Pour le citoyen congolais d’abords, et ensuite les autres habitants du sol congolais ? Connais-tu les droits et obligations qu’elle prescrit et garantit pour toi et à tout autre congolais?

Ton espace vital ?

Connais-tu la RD Congo?Son étendue et ses profondeurs ? Connais-tu ses limites et ses frontières ? As-tu une bonne connaissance de l’état congolais ? As-tu une connaissance passable des voisins du Congo et leurs frontières respectives ? Sais-tu où tu vis et avec qui tu vis ? Sais d’où tu viens, où tu es et où tu vas ? Sais-tu vers où tu te dirige ? Est-ce là ta destination initiale ou une autre, mais imposée par le concours des circonstances ? Sais-tu que tu dois gérer les circonstances, et non pas laisser les circonstances te gérer ? Sais-tu que cet espace vital est pour toi, aussi que pour ta postérité ? Sais-tu que tu te dois de le gérer et le protéger durablement ? Sais-tu que son intégrité doit faire partie de ta vision politique, s’il n’en est pas encore ainsi?

Connais-tu qui est à côté de toi ?

Connais-tu celui avec qui tu partage cet espace vital ? Connais-tu ta famille et tes parents ? Connais-tu ton voisin et tes co-rivérains ? Connais-tu ton quartier et ta cité ? As-tu une bonne connaissance de tes amis et de tes collègues ? Celle de tes collaborateurs et de tes partenaires, et celle de tes adversaires, ils ne manquent jamais ? As-tu une connaissance passable des pays limitrophes de la RD Congo et leurs populations respectives ? Connais-tu leur histoire et leur géographie ? Connais-tu leurs dirigeants et leurs tendances et vision politiques respectives ?

Connais-tu tes rapports respectifs avec tes différents repères d’identification?

Avec toi-même en tant qu’entité individuelle ? Avec ton foyer et ta famille biologique ? Avec ton groupe social et ta famille professionnelle ? Avec ton pays et ta nation ? Avec ta circonscription et ta communauté ? Avec ta patrie, c’est très important ? Avec le peuple congolais et le congolais lambda ? Connais-tu ce que chacune de ces repères, en tant qu’entités vivantes, te doivent ? Es-tu au courant de ce qu’elles attendent de toi ?

Connais-tu le prince ?

Sais-tu que tu l’es ? Si pas encore, sais-tu que tu peux le devenir, un jour, toi aussi, comme tous les autres politiques ? Sais-tu que tout politique l’es, à quelque niveau de responsabilité que soit ? Sais-tu que le prince ne doit pas avoir de cœur ? Sais-tu, aussi, que le prince n’a ni parents, ni amis ? Sais-tu, enfin, que le prince n’a que le pouvoir et qu’il doit l’exercer? Sais-tu de qui et pour qui il le détient ? Peux-tu comprendre que c’est là tout le procès de l’impunité ?

Ta part de responsabilité en tant qu’opérateur de l’espace politique ?

Connais-tu les structures politiques du pays et leurs animateurs respectifs ? Connais-tu leur fonctionnement et leurs relations d’interdépendance ? Connais-tu l’objectif ultime vers lequel doit converger, selon la constitution, leurs actions ? Connais-tu ta part de responsabilité, à ton niveau, selon la constitution, en cas de réussite ou d’échec dans la réalisation de cet objectif ultime de l’état ? Sais-tu ce que tu diras au congolais lambda, et au souverain primaire ? Et à la face du monde, que sera ton discours ?

Connais-tu le pouvoir et l’opposition ?

Sais-tu que ces deux entités identitaires de positionnement politique sont légitimes, et légalement garanties par la constitution de la république ? Sais-tu que l’opposition politique n’est pas l’inimitié, mais une simple adversité de visions et des idées qui en découlent ? Sais-tu que l’opposition est un gouvernement en dehors du pouvoir ? Sais-tu qu’en principe ce gouvernement hors-pouvoir est beaucoup plus facile à diriger et gérer que le pouvoir ? Sais-tu que bien qu’évaluateur et acteur, les deux, en principe, ont des comptes à rendre au souverain primaire, chacun en ce qui le concerne ?

Ta perception de la majorité et de l’opposition dans les institutions du pouvoir ?

As-tu une perception correcte de ce qu’est la majorité et l’opposition ? Connais-tu ce que c’est la solidarité institutionnelle ? As-tu une idée de l’élégance politique ? Sais-tu que le triomphalisme solde et dope une victoire politique ? Sais-tu que la chaise vide est une double longueur de distance qu’inconsciemment tu accorde au partenaire qui reste ? Sais-tu qu’une politique sans plan B ni toute autre alternative est un investissement à fonds perdu, un lavabo ? Sais-tu que le meilleur combat politique c’est dans le cadre légitime et légale, selon les prescrits de la constitution ? Sais-tu qu’en dehors de ce cadre toute victoire n’amène qu’à un pouvoir fragile et pas de tout repos ? Sais-tu qu’une perception erronée du pouvoir est une crise de gouvernementalité et un blanc seing au disfonctionnement de l’état ?

Connais-tu ce privilège dont tu bénéficies de la constitution ?

Sais-tu que la loi fondamentale de la RD Congo, comme partout au monde, te donne, tant que citoyen, le droit de la critiquer et la faire amender ? Sais-tu qu’à cette dernière fin, elle-même déterminé une procédure légale à suivre, des institutions de la république au souverain primaire, dans toute liberté ?

Sais-tu que critiquer la constitution est légitime, mais la violer est illégale ?

Sais-tu que la constitution est la loi fondamentale de la république ? Sais-tu que c’est d’elle émanent toutes les lois et règles qui organisent et régulent l’existence et la vie de la nation ? Sais-tu qu’elle est la synthèse de la volonté du peuple congolais, approuvée comme telle et à cette fin, à l’issu d’un référendum ? Connais-tu la différence entre une rébellion et une agression extérieure ? Connais-tu la différence entre la rébellion et la trahison ? Sais-tu, par conséquent, que tout comportement contraire aux prescrits de la constitution est illégitime et illégale ? Sais-tu qu’on est là devant une violation pure et simple de la constitution ? Comprends-tu, en effet, que toute tentative d’amender la constitution en dehors de ses prescrit, surtout par la voie des armes, n’en est qu’une violation grave ?

Sais-tu qu’une carence de cohésion interne érige une 5ème colonne contre le pays ?

Sais-tu que la divergence politique est naturelle est légitime ? Sais-tu qu’elle peut naître d’une incompréhension, ou être crée de toutes pièces d’un refus de compréhension ?

Sait-tu que le refus de compréhension cause beaucoup plus de dégâts que l’incompréhension ? Sais-tu la divergence peut, sous l’effet du temps, à se muer en convergence et aplanir la situation?

Sais-tu qu’elle doit être circonstanciée et cadrée en vue d’être rationnelle et efficiente ?

Sais-tu que faute de ces précautions, elle se transforme en une sérieuse crise de cohésion interne et s’ériger en un front interne? Sais-tu que ce type de front interne est, tout bonnement, une 5ème colonne contre la patrie dans le contexte actuel du Congo?
In fine
Qui es-tu ? Qui es-tu ?

Connais-tu ?

Te connais-tu ?

Sais-tu ?

Sais-tu ?

Finalement, qu’est ce que tu es, pour ne pas dire qu’es-tu ? Es-tu prêt à assumer tes responsabilités de politique, en tant qu’opérateur politique, au regard de tout ce qui précède ? Réponds à ta conscience et gardes la réponse pour vous trois – à ta conscience et à toi-même, et à ta vision politique pour le Congo. Certes, tu peux beaucoup connaître, et autant savoir ; mais pas tout. Ne t’en veux pas. Par contre, en prendre conscience et te rattraper est pour toi une contrainte civique, morale et citoyenne.

Écrit par HUBERT MPUNGA TSHISAMBU
Publié le vendredi 1 février 2013

© Copyright Le Potentiel

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22