Eclatement de la rébellion – M23 : les Délégués de Kampala derrière Makenga !

2 mars 2013

Actualités

La Prosperité – Jeudi, 28 Février 2013 07:16

*Les nouvelles sont de plus en plus nouvelles à Bunagana où, visiblement, la réconciliation entre les deux factions opposées du M23 s’éloigne. Hier, mercredi 27 février 2013, la situation, loin de se calmer, est restée tendue. Makenga, jusqu’hier Colonel, s’est autoproclamé ‘‘Général’’, à l’idée probablement de se faire obéir davantage. Il aurait renforcé ses positions sur les collines de Runyoni, surplombant la cité frontalière de Bunagana, pour prévenir contre toute attaque de la part des éléments de la faction rivale qui, elle, est téléguidée par Bosco Ntaganda et commandée sur terrain par le colonel Baudouin Ngaruye, lui-même, nommé également général par Jean-Marie Runiga, président du M23. Comme quoi, devenir ‘‘Général’’ au M23, c’est une question de quelques heures. L’Ouganda, l’un des parrains, selon le rapport d’experts de l’Onu, aurait tenté, mais en vain, de réconcilier les deux blocs. A Kampala où une délégation de la rébellion participe aux pourparlers, l’on est plutôt proche de Makenga.

En d’autres mots, Runiga a fait son temps. Et la tactique est connue. Et, toutes les rébellions pro-rwandaises qui ont précédé le M23 l’ont expérimentée. Il n’y a jamais eu un président du début à la fin de l’insurrection. Dans l’entre-temps, la population est sur ses gardes et les délégués en pourparlers dans la Capitale ougandaise prennent position pour Makenga donné pour être l’animateur principale de l’aile modérée du M23 ; une aile qui serait prête à souscrire au schéma d’Addis-Abeba sur toute éventuelle intégration dans les institutions nationales, au cas où la réconciliation l’y contraignait. Un officier de l’armée ougandaise ferait des va-et-vient entre le camp de Makenga et celui de Runiga, pour tenter de réconcilier les deux factions en opposition depuis le dimanche dernier. Mais, rien de concret n’a encore été obtenu de la part de l’émissaire de Museveni. La séparation est désormais territoriale. Makenga se renforce sur les collines de Runyoni, à Bunagana. Tandis qu’à Rutshuru centre, ce sont les hommes de main de Bosco Ntaganda qui y font la loi. Quant au chef politique de la rébellion, Jean-Marie Runiga, il lui aurait été demandé de prendre toutes les dispositions sécuritaires nécessaires.

Aussi, se serait-il réfugié à Kibumba, à une vingtaine de Kilomètres de la Ville de Goma. Ce, soulignent certaines indiscrétions, pour se rapprocher du Rwanda au cas où. Ici, il y aurait, en sus, une forte concentration des éléments de la rébellion proche de Bosco Ntaganda, principal soutien du président Runiga dont le processus de déchéance est visiblement enclenché. Car, des sources proches de Kampala où se trouve une bonne brochette de cadres de la rébellion, il nous revient que les délégués sont plutôt pro-Makenga. ‘‘Nous croyons en Makenga, mais nous allons nous réunir jeudi pour discuter de la question’’, a déclaré, sous couvert de l’anonymat, un cadre basé à Kampala. Sur le terrain, cependant, la population craint pour sa sécurité. Dans la mesure où d’un côté, des militaires quittent le camp de Makenga pour rejoindre celui de Ngaruye et vice-versa. Mais, la détermination des hommes de Makenga est telle qu’ils veulent en finir avec Bosco Ntaganda, pour mettre fin à la crise. Parce que c’est lui, en réalité, qui serait le véritable trouble-fête. Des réunions marathons se seraient multipliées autour de Runiga Jean-Marie et Ngaruye Baudouin, pour essayer d’aplanir le différend. Craignant, en outre, de mourir de faim, la population de Rutshuru centre a pu, tout de même, ouvrir timidement les marchés et boutiques hier.

‘‘Tout ferme à 17 heures et des patrouilles ont été visiblement renforcées dans les cités de Kiwanja et Rutshuru’’, a déclaré un habitant, répondant clandestinement à un appel téléphonique. Et d’ajouter que : ‘‘tous ceux qui reçoivent des appels téléphoniques de l’extérieur sont surveillés par les rebelles qui redoutent un filtrage incontrôlé des informations susceptibles de les discréditer en ce moment de crise. La population est encouragée à vaquer librement à ses occupations et à circuler librement. Des véhicules en provenance ou à destination de Goma et Butembo sont systématiquement fouillés, le check-point étant renforcé, surtout avec le contrôle des pièces d’identité, indique-t-on. Est-ce la guerre du leadership, la fin d’une aventure ou une technique connue de changer la tête du mouvement en fonction des enjeux qui deviennent difficiles à maitriser avec la signature de l’accord-cadre, sur la paix, la sécurité et la coopération en RDC et dans la région des Grands-Lacs ? Difficile pour le moment de répondre à toutes ces questions. Mais, toujours est-il que les jours à venir s’annoncent riches en rebondissements, surtout avec l’entrée en danse de la brigade d’intervention de l’Onu qui aura mission de traquer les forces négatives dont le M23.

La Pros.

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22