DEUX LETTRES A MGR SIKULI et MGR MAROY sur l’affaire MALUMALU

24 juin 2013

Actualités

par la PRESIDENCE de l’Union des Bâtisseurs du Congo Mr VITAL BARHOLERE

PREMIERE LETTRE
S.E Mgr Melchisédech SIKULI PALUKU – Evêque de Butembo-Beni, – Administrateur apostolique de Kasongo

Bruxelles le 20/ 06/2013

Objet : de la nomination de l’abbé Malumalu à la CENI et du salut de notre nation.

Monseigneur,

La désignation cavalière de Monsieur l’abbé Malumalu à la Présidence de la Commission Electorale Nationale Indépendante continue à susciter inquiétudes et débats au sein de la population congolaise. Des nombreux compatriotes qui ne vous connaissent pas assez vont même jusqu’a s’interroger sur votre éventuelle part de responsabilité dans ce tour de passe-passe du Président Joseph Kabila et de son parlement majoritairement PPRD-MP qui a permis cette nomination.

Ayant eu le privilège de vous côtoyer, d’ habiter avec vous a l’ évêché et de partager votre table pendant près de dix jours lors de ma mission de service à Butembo en 2009, je peux témoigner avec assurance de votre souci permanent du bien-être de notre population, de votre engagement pour l’ unité de notre nation, ainsi que pour l’ avènement de la paix et d’ une démocratie réelle dans notre pays.

Monseigneur, ces sont précisément ces valeurs que nous avons en commun, qui aujourd’hui sont menacées par cette nomination. Contrairement aux élections de 2006, Monsieur l’abbé Malumalu, dont les accointances avec le régime Kabila sont désormais des faits établis, ne peut objectivement plus se prévaloir d’une quelconque neutralité ; condition minimale et sine qua non que devrait remplir quelque prétendant au poste de Président de la CENI. La prestation bâclée et chaotique du Pasteur Ngoyi Mulunda reste dans tous les esprits. Ce n’est donc pas les compétences intrinsèques et reconnues de l’abbé Malumalu qui sont remises en cause, mais son impartialité et par delà sa crédibilité.

Nombreux sont ceux qui pensent qu’il a été propulsé à ce poste dans le but de sauver le régime inefficace, corrompu, dictatorial et illégitime du Président Kabila. Un régime à la dérive depuis la fraude électorale de 2011. On insinue même que l’enjeu de cette nomination serait la préparation d’une nouvelle fraude en faveur du régime aux prochaines élections locales et provinciales. Il permettrait ainsi au Président Kabila de se doter des élus à ses bottes dans la perspective d’ une nouvelle révision constitutionnelle pouvant lui permettre de se représenter à l’élection présidentielle de 2016 et de tricher de nouveau. Tout porte à croire qu’il se prépare par le moyen de cette nomination à une fraude électorale, dont l’abbé Malumalu serait la cheville ouvrière.

Monseigneur, je me suis permis de vous écrire pour attirer votre attention sur le caractère belligène et sur la dangerosité des conséquences futures de cette situation tellement prévisible. En tant que responsable vous conviendrez avec moi que dans le contexte actuel de surchauffe des esprits dans notre pays, où la moindre étincelle pourrait embraser le baril de poudre sur lequel nous sommes tous assis, ce n’est pas tant la recherche des preuves à ces allégations qu’il faudrait privilégier, mais le désamorçage de la bombe a retardement dont la mèche a commencé à bruler. A deux reprises, en 2006 et de 2011 notre pays a échappé de justesse à un embrasement suite à la contestation des résultats électoraux. Au vu du degré actuel de frustration de notre peuple, si nous ne faisons rien, une troisième expérience pourrait lui être fatale. C’est pourquoi, il est juste que chacun de nous mesure, aujourd’hui, sa part de responsabilité face à l’Histoire, laquelle nous convoquera tôt ou tard à nos responsabilités et nos actes manqués.

Monseigneur, vous avez compris, que les regards de notre peuple sont tournés vers vous. En tant que chef hiérarchique de Monsieur l’abbé Malumalu vous êtes la personne la mieux indiquée pour lui demander de démissionner de ce poste de Président de la CENI. Cela, dans l’intérêt de notre pays, celui de l’Eglise et du sien. En homme intelligent il comprendra qu’il ne lui sert à rien de s’obstiner à couler avec le navire Kabila, car il coulera bientôt. Ce n’est plus qu’une question des mois. L’abbé Malumalu a du talent, il servira mieux son pays lorsque le soleil se lèvera de nouveau sur notre grand Congo. En homme intelligent il devrait se tourner avec nous vers l’avenir et laisser les morts enterrer leurs morts.

Monseigneur, je ne terminerais pas cette lettre sans insister de nouveau sur notre responsabilité de préserver à tout prix l’unité de notre nation, l’intégrité territoriale de notre pays, l’intégrité de notre maison commune le Congo. N’oubliez pas que dehors des vautours et des charognards guettent le moindre signe de notre désunion. Ne laissons pas le régime Kabila nous diviser via cette nomination, entre un Ouest dit lingalaphone qui par essence lui serait hostile et un Est dit Swahiliphone qui par magie ne lui serait que favorable. Vous savez que cette division est factice et ne sert que les intérêts de ceux qui affament et tuent notre peuple ; tout notre peuple, d’ethnies, de langues et de régions d’origine confondues.

Tout au long de la guerre qui nous a été imposée, nos frères et sœurs de l’Ouest, du Centre, du Nord et du Sud de notre cher pays ont été unis à notre sort. Ils ont été à l’avant-garde de la lutte contre les viols de nos mères et de nos sœurs, contre l’occupation de nos villes et de nos villages, contre les tentatives de balkanisation de notre pays. Comme par le passé, le temps est venu de leur montrer, à notre tour, que nous savons résister aux manipulations ; que nous ne céderons pas aux chants de sirènes des maitres du « diviser pour mieux régner ».

En vous félicitant par avance pour le courage et l’intelligence dont vous ferez montre pour sauver notre nation en danger, je vous prie d’accepter, Monseigneur, mes respectueuses salutations.

Président

DEUXIEME LETTRE
S.E Mgr François Xavier MAROY, – Archevêque de Bukavu, – Administrateur apostolique d’Uvira, – Président de l’ASSEPB.

Bruxelles le 20/06/2013

Objet : de la nomination de l’abbé Malumalu à la CENI et du salut de notre pays

Monseigneur,

Ces derniers jours, des nombreux compatriotes informés des bonnes relations qui nous unissent dans le cadre de la promotion des projets de développement pour notre diocèse, notre province et notre pays me contactent pour me demander de vous relayer leurs inquiétudes face au soutien potentiel que vous pourriez apporter à la nomination de l’abbé Malumalu à la présidence de la CENI.

Nombreux sont ceux qui ont encore en mémoire l’hiatus dans la communication entre le Cardinal Monsengwo et vous concernant la pertinence des élections de 2006. Ils craignent que cette situation ne se reproduise avec cette nomination, et qu’enfin de compte elle fragilise dangereusement l’unité de notre pays et de notre Eglise.

A côtés des arguments que j’ai avancés dans ma lettre à S.E Mgr Sikuli (en annexe), permettez-moi de souligner pour nos compatriotes que le contexte de 2006 n’est plus celui d’aujourd’hui. En effet, en 2006 vous n’avez été que le porte-parole fidèle des attentes de la grande majorité de la population du Kivu, qui fatiguée par les guerres voulait s’en sortir par la voie des urnes. Aux élections de 2011, et aujourd’hui encore, cette même population qui en 2006 avait voté massivement pour le candidat Kabila en tant qu’espoir de la paix et lui avait octroyé un score stalinien, s’est globalement retourné contre lui suite à son incapacité à apporter des réponses à ses préoccupations de paix et de développement. Au diocèse de Bukavu comme dans toutes les régions de l’Est de notre pays, notre population ne veut plus de la mauvaise gouvernance, de la corruption et de la dictature du régime Kabila. Le souhait profond de la majorité de Kivutiens est de voir Kabila partir le plus vite possible. Par conséquent, fidèle à votre peuple, il me semble que nos compatriotes n’auraient aucune raison de douter que vous ne vous positionnez de nouveau comme son guide et son porte-parole dans sa position actuelle.

Monseigneur, les craintes des compatriotes sont liées au fait que peu d’entre eux connaissent vraiment votre parcours de résistant à la dictature de Mobutu, à l’occupation du RCD et aux guerres qui s’en sont suivies, aux côtés de vos illustres prédécesseurs, désormais martyrs et héros de notre pays que sont les Archevêques Christophe Munzihirwa et Emmanuel Kataliko. Très peu d’entre eux sont également au courant des attentats auxquels vous avez échappé et des menaces de mort dont vous êtes régulièrement victimes. Je vous prie de m’excuser de dévoiler ce pan de votre vie dont vos responsabilités, votre sens aigu de la réserve et de la diplomatie ne vous permet pas de communiquer. C’est pour l’Histoire que je le fais. C’est également pour rassurer nos compatriotes sur la grandeur de votre fibre patriotique, votre souci permanent du bien-être de notre population ainsi que de l’unité de notre pays.

Monseigneur, pour revenir au cas Malumalu, je suis tenté de répondre à nos compatriotes que leurs craintes trouveront apaisement auprès de vous étant donné que nous avions déjà connu une situation similaire en 1993 au temps de Mobutu. A l’époque, vous et moi militions au sein de la courageuse société civile du Sud-Kivu aux cotés de tants d’autres leaders d’heureuse mémoire. Dans le but de briser la résistance de la société civile du Sud-Kivu, le Président Joseph Mobutu à la dérive à l’instar de Joseph Kabila aujourd’hui s’était résolu de nommer Faustin Birindwa, un Sud-Kivutien, comme premier ministre à la place d’Etienne Tshisekedi. Monseigneur, vous vous souviendrez que non seulement nous avons refusé ce plan de division de notre peuple en ne soutenant pas (notre frère) Birindwa, mais que c’est aussi et d’abord au Sud-Kivu que la réforme monétaire de ce dernier a été boycottée.

Comme je l’écrivais à Mgr Sikuli, la propulsion de l’abbé Malumalu à la tête de la CENI, nous parait être un piège du régime Kabila pour diviser notre peuple et notre pays. A l’instar de Birindwa, il ya vingt ans, nous devrions avoir le même courage de le désavouer et de boycotter ses projets au cas où il persistait à se maintenir à ce poste qui ne contribuera en rien l’avenir de notre peuple.

Monseigneur, je ne terminerai pas cette lettre sans non plus vous relayer les attentes de tant des Congolais concernant les intimidations, les arrestations arbitraires et les assassinats dont sont victimes des nombreux compatriotes. Pour ne citer que ceux du diocèse de Bukavu, vous vous rappellerez que Marhegane Bishanvu, ancien préfet des études du collège St Paul-Kitumaini, un des fidèles serviteurs de notre diocèse et la trentaine de ses compagnons croupissent toujours et sans raison évidente dans la prison de Makala, aux côtés de Diomi, Chalupa, Kuthino, Gustave Bagayamukwe et tant d’autres compatriotes. Leur souffrance et celle de leurs familles est immense, alors que nous savons que les assassins de Floribert Chebeya sont toujours libres et le corps de Fidèle Bazana toujours séquestré. Ces dossiers nous paraissent aussi urgents à traiter que la nomination cavalière de l’abbé Malumalu au poste de président de la CENI. Nomination qui s’est faite au mépris de l’interdiction de la CENCO et qui par conséquent disqualifie son bénéficiaire.

Concernant encore nos compatriotes emprisonnés, je sais, qu’en privé vous aviez entrepris des initiatives louables pour leur libération, mais les Congolais espèrent que vous pourriez également mobiliser vos collègues évêques et archevêques membres de la CENCO afin qu’ils en fassent aussi une priorité.

Plaçant ma confiance dans votre sens de compréhension et dans vos qualités de diplomate, je vous prie, Monseigneur, d’accepter mes respectueuses salutations.

Vital Barholere, Président
www.vital-barholere,net

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22