25/06/13/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE MARDI

(CongoForum)

Plusieurs sujets sont relatifs à l’insécurité à l’Est, d’autres à celle du Katanga. Une certaine grogne dans l’enseignement et l’ouverture des examens d’Etat expliquant sans doute que l’annonce faite par le Premier ministre, que le gouvernement va réhabiliter 1000 écoles, occupe la manchette de plusieurs journaux. Bien entendu, la propagande ne perdant jamais ses droits, on nous précise que le gouvernement agit ainsi « sur instruction du chef de l’Etat ».

Est

Le Potentiel fait état d’une curieuse disparition des militaires ougandais, après le refus des étudiants Rwandais de rejoindre le M23. Selon le confrère, un nombre inconnu de militaires ougandais, ayant servi en Somalie au sein de la Mission de maintien de paix de l’Union africaine, se sont volatilisés dans la nature à la fin de leur mission.
C’est la panique à Kampala où une chasse à l’homme a été déclenchée pour traquer ces fugitifs. Deux événements qui témoignent, souligne le quotidien de l’avenue Bas-Congo, d’un changement de décor dans les Grands Lacs. Le Rwanda et l’Ouganda, principal soutien du M23, sont en déphasage avec leur opinion publique. La région des Grands Lacs bouge. A Kinshasa de bien percevoir le message, conclut-il.

Le même Potentiel annonce la reprise des pourparlers avec le M23 à Kampala. Des délégués représentant le gouvernement de la RDC et les rebelles du M23 sont de retour à Kampala, en Ouganda, pour de nouveaux pourparlers de paix, mais les analystes ont déclaré que si les deux parties ne s’impliquaient pas pleinement dans les négociations, il leur serait difficile de trouver une solution politique à la crise qui frappe la province du Nord-Kivu en RDC. Les pourparlers, qui avaient débuté en décembre 2012, sous l’égide de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), avaient échoué en avril dernier, les représentants du M23 avaient quitté la table en réaction à la décision des Nations unies de déployer une brigade d’intervention pour neutraliser les groupes armés dans l’est de la RDC.

La Prospérité affiche à la Une : « Résolution 2106 adoptée à l’unanimité, violences sexuelles : Londres mobilise l’Onu ! ».
La Grande- Bretagne a salué la Résolution 2106 sur la Violence sexuelle en zones de conflit votée à l’unanimité par le Conseil de sécurité de l’ONU.
Le journal rapporte des propos du ministre britannique des Affaires étrangères, M. William Hague, devant le Conseil de Sécurité de l’Onu. «Il est temps de dire que le viol et la violence sexuelle utilisés comme arme de guerre sont inacceptables, qu’ils peuvent être empêchés et que nous agirons maintenant pour les éradiquer». Selon le quotidien, M. Hague l’a affirmé lors du vote la nouvelle résolution 2106 sur l’éradication des violences sexuelles. Cette résolution soumise au vote du Conseil par le Royaume-Uni a été votée à l’unanimité. Cette résolution, a-t-il révélé, reconnait la responsabilité des gouvernements de défendre les droits de l’homme et l’état de Droit dans leurs pays respectifs.
Ceci, avant d’indiquer que « la violence sexuelle est utilisée pour détruire des vies, déchirer les communautés et atteindre des objectifs militaires, tout comme le sont les chars et les balles… ». En prenant cette direction, la diplomatie britannique entend sauver des vies et changer le cours des événements dans le monde.

Katanga

Le Potentiel rappelle que les Mai-Mai Bakata Katanga ont attaqué la prison de Kassapa. Des gardiens, pour la plupart des policiers, ont repoussé cette attaque qui a eu lieu à Lubumbashi, la capitale du Katanga, dans la nuit de samedi à dimanche derniers, explique le journal, citant une source officielle. Ces combats ont fait un mort et plusieurs blessés parmi les assaillants, a ajouté cette source.

Pour Forum des As, il s’agit d’un nouvel affront qu’ont essuyé les «Kata-Katanga», l’attaque ayant tourné court, après que la police a réussi à les repousser.
Ce journal rappelle que la prison centrale de la Kassapa avait déjà été la cible de ces combattants en novembre 2011, lorsqu’ils avaient fait évader un tueur froid qui symbolisait la terreur au Nord-Katanga : Gédéon Kyungu. Cette fois-ci, affirme le quotidien, aucun détenu n’a pu traverser l’enclos du pénitencier.

Le Palmarès attire l’attention sur le danger qui se précise au Katanga, devenu le théâtre des attaques récurrentes de Bakata-Katanga. Pour ce journal, nous ne sommes plus en face de quelques attaques isolés ni d’une insécurité ponctuelle. Le pays fait face à une organisation criminelle structurée et qui prend toutes les allures d’un système au Katanga. Il est tout de même étonnant de voir qu’au moment où la solution est finalement trouvée au Kivu, l’instabilité se met à émigrer jusqu’aux portes de Lubumbashi. Les auteurs de la balkanisation de la RDC ont changé de stratégie fait remarquer ce journal.

Sans tomber forcément dans la « théorie du complot », il faut tout de même signaler que la revue Foreign Policy publie dans son numéro « Juiller/Août » un nouvel article de MM. Herbst et Mills, auteurs en leur temps du célèbre article « There is no Congo ».
Leur dernier factum s’appelle « The Invisible State » et remet le couvert puisqu’il commence par « It’s time we admit the Democratic Republic of Congo does not exist ». Pour le lire, se reporter à http://www.congoforum.be/en/nieuwsdetail.asp?subitem=3&newsid=194450&Actualiteit=selected (texte en anglais).
La substance de leur thèse n’a pas changé : il n’y a pas d’état congolais, donc il n’y a pas de Congo et cela est « démontré » par une série de sophismes qui attribuent tous les maux du Congo à des tendances sécessionnistes, séparatistes ou centrifuges. Le moment où l’on reparle de la vedette de ces tendances, le « séparatisme katangais » est évidemment bien choisi pour ressortir ce genre de thèses.
Elles ne tiennent pas compte d’un fait : un pays n’existe que parce qu’il y a une nation (ou des nations, dans le cas d’un état fédéral) qui veulent exprimer leur existence par cet état. Les Congolais vont même plus loin et persistent à vouloir cet état, même si la bourgeoisie qui le contrôle leur refuse de manifester librement leur volonté. Il faut rappeler que les élections du 28/11/11 ont été organisées, tout comme celles de 2006, en faisant voter un « corps électoral inconnu », faute de recensement préalable de la population. Ce fait à lui seul suffirait à en « plomber » gravement la crédibilité. Elles ont, par-dessus le marché, été entachées de fraudes et de manipulations à un point tel qu’elles ont donné des résultats qui, en réalité, sont encore inconnus. Les fraudes les plus importantes ayant eu lieu au niveau des centres de compilation, on ne pourrait se rapprocher de la « vérité des urnes » qu’en se référant aux PV des bureaux de vote, dernière opération publique et vérifiée par des témoins. Les chiffres de la CENI ne s’accompagnaient pas de ces PV, les chiffres publiés par l’UDPS, non plus. L’Eglise n’a jamais publié les résultats partiels constatés par ses observateurs. On n’a donc que des résultats dont la crédibilité est nulle. Les législatives ont été dignes de la présidentielle, sinon pires. Mais la CSJ a entériné les résultats de la présidentielle et des législatives. Le temps s’est écoulé, les résultats des élections demeureront à jamais inconnus. Toute autorité prétendue ne relève plus que de la force, de l’intimidation, d’un coup d’état de fait. Le principal ressort de ce coup d’état consiste à progresser, comme si de rien n’était, dans les tâches qui suivent normalement une élection et à mettre le pays et le monde devant le fait accompli.
Pour persister à être Congolais dans un contexte pareil, il faut vraiment le vouloir !

Enseignement

Forum des As titre «Grogne à L’ESURS, l’année académique 2013 en danger!».
Il rapporte une grogne à l’Enseignement supérieur, universitaire et recherche scientifique (ESURS). Selon ce quotidien, les chefs de travaux et assistants, qui décrient une «politique salariale injuste» menace de débrayer.
Forum des As rappelle que ces cadres scientifiques réclament depuis plusieurs mois la réduction de la tension salariale entre eux et le personnel académique, soit les professeurs. Le 10 avril dernier, ils avaient organisé une marche jusque devant la primature pour dénoncer cette situation. Les deux parties avaient abouti à un accord de principe qui devait déboucher sur la signature d’un Protocole d’accord. Mais jusqu’à ce jour, constate Forum des As, le Gouvernement Matata n’a pas manifesté la volonté de concrétiser ses engagements.

L’Avenir barre sa manchette d’un large titre « J. Kabila au chevet du secteur éducatif » qui relève visiblement de a réclame, style « Grâce à JKK, il fait beau même les jours de pluie ». C’est En marge de l’édition 2013 de l’examen d’Etat, le Premier ministre Matata Ponyo a annoncé que son gouvernement, sur instruction du chef de l’Etat, va mettre à la disposition du secteur de l’éducation 100 millions Usd pour une réhabilitation rapide de 1000 écoles.
Ce financement, le plus important du genre depuis 1960, permettra la réhabilitation des établissements scolaires, dans le but d’offrir aux enseignants et aux élèves de bonnes conditions de travail et d’études.

L’Agence congolaise de Presse y va également d’un bon coup de brosse à reluire. Le 24 juin, explique-t-elle, Matata Ponyo, premier ministre rd-congolais, a exhorté les finalistes des humanités participant à la session ordinaire de l’Examen d’Etat 2012-2013 à réaliser un meilleur score pour faire honneur au chef d’Etat, Joseph Kabila « qui place l’éducation parmi ses priorités ». Matata Ponyo, qui venait de rendre une visite d’encouragement aux candidats des épreuves situé au collège Prince de Paix, dans la commune de Mont-Ngafula, s’est dit très heureux de constater que les examens se déroulent dans de bonnes conditions. « Nous sommes venus encourager les enfants à l’épreuve dans des conditions de sécurité », a déclaré le Premier ministre au terme de sa visite au centre du collège Prince de la Paix, avant de souligner que dans l’est de la RDC, le gouvernement a pris toutes les dispositions pour que la session ordinaire de l’Examen 2013 se déroule dans des conditions acceptables.

Economie

L’Agence Ecofin annonce que plus de 100 exportateurs marocains sont actuellement en prospection commerciale et recherche de partenaires au Kenya, RD Congo et Congo. L’objectif de cette 7eme Caravane qui se déroule du 23 au 29 juin est de promouvoir et positionner l’offre exportable marocaine sur ces 3 pays, dont le Kenya, porte d’entrée pour atteindre un vaste marché de 300 millions de consommateurs de la région Afrique de l’Est. Premier pays francophone en taille de population, riche d’un foncier agricole et minier exceptionnel, la RD Congo (PIB 2011 : 15,6 milliards $ ; Population : 68 millions) pourra offrir des débouches pour les produits et services marocains des secteurs financiers, de la pharmacie, du BTP, de l’électricité, de l’électronique et des TIC.

Divers

Le Phare se penche sur les retombées de l’élection du gouverneur de la province de l’Equateur. « Le MLC/Equateur exige la radiation des cadres corrompus », annonce le quotidien de l’avenue Lukusa. En effet, dans une déclaration le MLC constate que quelques députés provinciaux membres de leur formation politique ont trahi soit en votant pour le candidat de la majorité ou en soutenant sa candidature. En conséquence, le MLC Fédération de l’Equateur demande au bureau politique national de leur parti de radier sans délai les députés provinciaux et ces cadres qui se sont distingués dans la trahison des idéaux du parti.

L’Avenir évoque la deuxième conférence nationale sur le VIH/SIDA.
La ville de Lubumbashi, capitale de la province du Katanga abrite depuis le 24 juin cette conférence, placée sous le thème « Engagement pour une génération sans Sida en RDC », dont le coup d’envoi a été donné par le ministre de la Santé publique. C’était en présence de plusieurs experts et partenaires nationaux et étrangers, œuvrant dans la lutte contre cette pandémie. Cette conférence se tiendra pendant quatre jours, soit du 24 au 27 juin. Cependant, autre le souci d’actualisation et de mise à niveau de connaissances en matière de la lutte contre le VIH/SIDA et les Infections sexuellement transmissibles (IST) en RDC, la conférence a comme objectifs spécifiques d’ identifier des stratégies novatrices susceptibles d’influencer positivement la riposte en matière de lutte contre le VIH et le Sida, ainsi que la marche vers l’initiative « génération sans Sida », de capitaliser les meilleures pratiques dans le pays.

(Soit dit en passant, le Ministre de la Santé a reconnu, au cours de cette conférence, qu’il n’a aucune idée précise du taux de prévalence du VIH/SIDFA en RDC. Eh non ! Pour cela il faudrait des statistiques basées sur un recensement de la population, auquel l’on ne procède pas pour faciliter la fraude électorale. Tout se tient ! NdlR)

© CongoForum, le mardi 25 juin 2013

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22