AU GOUVERNEUR DU SUD KIVU

27 avril 2014

Actualités

A SON EXCELLENCE MONSIEUR LE GOUVERNEUR DE PROVINCE DU SUD-KIVU
A BUKAVU

par Nouvelle Dynamique Societé Civile

Excellence,
Nous avons l’honneur de vous transmettre dans le présent mémorandum les cris et attentes de la population du Sud-Kivu, placée sous votre administration, et ce conformément aux prescrits légaux, dont la constitution de la République Démocratique du Congo qui reconnaît aux véritables détenteurs du pouvoir, les souverains primaires que nous sommes, le droit de s’adresser à ceux et celles qui les gouvernent (article 27 de la constitution).

Excellence,
La province du Sud-Kivu est en proie depuis des décennies à une insécurité quasi permanente avec des guerres à répétions aux causes et contours flous. Des groupes armés étrangers et nationaux qui ont mis à genou tout l’est du pays en général et la province du Sud-Kivu, en particulier, avec des conséquences affreuses : meurtres, assassinats, pillages de nos ressources naturelles, viols et violences sexuelles faites contre les femmes. Toutes ces situations affreuses et macabres ont sérieusement dépouillés les citoyens du peu qui leur restait. Les citoyens sont devenus misérables, « réfugiés » dans leur propre pays à la merci de toutes les calamités et sinistres. Le pouvoir d’achat du peuple est quasi nul. Les routes inexistantes. Des barrières un peu partout restreignant ainsi la libre circulation des personnes et de leurs biens en violation flagrante de la constitution et lois du pays. Comme si tout cela ne suffisait, le peuple est soumis à d’innombrables tracasseries administratives, policières et financières. Les citoyens ne savent plus à quel saint se vouer, en fin de compte. Le peuple se sent abandonné par ses propres dirigeants. Ces derniers préférant s’enrichir eux-mêmes et leurs entourages au détriment du grand nombre de citoyens congolais qui croupit dans une misère sans nom.

Excellence,
Nous nous rappelons bien qu’il avait plu aux autorités suprême de ce pays de décréter la province du Sud-kivu comme province sinistrée et ce à la suite de tout ce que a connu et continue à connaître celle-ci. Fort malheureusement, cette mesure, à l’instar de beaucoup d’autres, est restée lettre morte. Aucune action d’envergure n’a été entreprise afin que le peuple du Sud-Kivu sente réellement cette mesure, bien au contraire, il voit ses filles et fils être soumis à d’innombrables contraintes, le rendant plus vulnérables et sinistrés qu’avant, lui qui pourtant espérait qu’avec l’avènement de la démocratie et le choix de ses propres dirigeants, tout allait changer et que ces derniers devraient faire de leur mieux pour les y résoudre. Mais, hélas, c’est avec grande déception et désarrois que le peuple constate que vous avez fait de leurs problèmes, le cadet de vos soucis.

Excellence,
A l’aube de son deuxième et dernier quinquina ou mieux mandat, le président de la république avait bien déclaré celui-ci comme étant un mandat du social. Et nous avions pensé que désormais le peuple accèderait plus aisément aux soins de santé, à l’éducation, à l’emploi, à un logement décent, son pouvoir d’achat augmenterait, qu’il circulerait librement sur l’ensemble du pays, que la répartition de revenus, issus d’innombrables ressources du sol et sous sol généreusement pourvu à notre pays par le bon Dieu, serait équitable et lui profiterait ; les routes, notamment celles de dessertes agricole seraient reconstruites…bref un changement total permettant au peuple de retrouver la joie et la fierté de vivre et d’appartenir à cette grande Nation. Que ne voyons-nous pas, malheureusement ? Mis à part quelques minimes et insignifiantes réalisations, le peuple demeure dans la pauvreté à outrance et aucune de ses attentes ni des promesses tenues n’a été réalisée.

Excellence,
Les vaillants et paisibles citoyens du Sud-Kivu n’ont pas désarmés ni assistés passifs à l’insouciance du pouvoir, mais ont développé, plutôt, des mécanismes formels et informels pour leur survie et subsistance. Malheureusement, ils sont toujours victimes de ce même pouvoir qui, pourtant parait incapable de subvenir à leurs besoins primaires. A la place, le pauvre peuple entrepreneur se voit asphyxié par de multiples taxes de nature à décourager toute initiative privée tant de la part des nationaux que d’étrangers. Excellence, les nombreuses tracasseries dont sont victimes nos opérateurs économiques, grands et petits, ont des graves répercutions sur le vécu quotidien des citoyens et perturbe au maximum le tissus social. La dernière grève déclenchée par les armateurs œuvrant sur le lac Kivu, rejoint par leurs collègues de pirogues motorisées et celle annoncée déjà à partir de ce lundi de ces mêmes opérateurs sur l’ensemble de l’étendue nationale, en est une illustration parfaite. Excellence, l’interruption du trafic lacustre entre les deux provinces voisines et sœurs du Nord et Sud-Kivu a eu et continue à avoir des conséquences fâcheuses. Tenez, tous les produits de première nécessité, à savoir : le haricot, la farine de manioc et de mais, les pommes de terre, les poissons salés, l’huile végétale…ont vu leur prix prendre de l’envol depuis le début de ce mouvement. Des pauvres mamans, ces mamans qui contribuent sensiblement à la survie de leurs familles respectives, leurs maris étant au chômage, ont enregistré des graves pertes. Certaines d’entre elles sont tombées même évanouies, car s’imaginant déjà leur sort, la plus part d’entre elles, trafiquant avec de l’argent de micro – crédits. De nombreuses familles encore vivant au taux du jour du travail de leur père et mère œuvrant dans nos différents ports comme dockers, transporteurs et transporteuses mobiles, matelots…sont obligés de passer de nuits blanches, par ce que très affamés. Ce mouvement a orchestrés des graves manques à gagner tant pour les armateurs que pour le trésor public.

Excellence,
Face à tout cela, nous vous soumettons les recommandations suivantes :
1. De vous impliquer personnellement pour trouver une solution durable à la grève des armateurs ;
2. De vous impliquer personnellement afin que les mesures prises par l’Etat, notamment celle annulant une quarantaine de taxes payées par les armateurs soit respectée et d’application ;
3. De vous impliquer personnellement afin que le décret limitant à quatre le nombre de service à œuvrer aux frontières soit d’application, ça serait rétablir l’autorité de l’Etat ;
4. De militer personnellement afin que le statut d’une province sinistrée soit d’application et bénéficie ainsi à la population du Sud-Kivu ;
5. De vous impliquer, vous et votre gouvernement provincial pour que les entreprises locales soient favorisées, nous citerons : la cimenterie de Katana, les entreprises de fabrication et commercialisation d’eau minérale (MUGOTE, HONGO…) (allégement de certaines taxes), ceci profiterait à l’ensemble de la population et créerait des emplois au profit de la jeunesse du Sud-Kivu désœuvrée et ça serait la mettre à l’écart de toute tentation vers les groupes armés ;
6. De vous fixer comme priorité pour le reste de votre mandat à la tête de notre province, la réhabilitation et construction des routes de desserte agricole ;
7. De prendre des mesures qui s’imposent à l’endroit du ministre provincial de transport pour son incapacité à régler le problème de la grève des armateurs et avoir exposé des vies de citoyens lors du chavirement de la barge de la SNCC à Idjwi ;
8. D’indemniser toutes les personnes qui ont vu leurs marchandises parties dans l’eau lors de cet accident, car c’est de la faute et de l’irresponsabilité de l’Etat.
Excellence Monsieur le Gouverneur, espérant que vous allez porter oreille attentive à nos revendications, nous vous prions de recevoir nos salutations et sentiments patriotiques.

Ainsi fait à Bukavu, ce 26 avril 2014,
Pour la présidente provinciale de la NDSCI, en mission,

Ir Henri CHAKIRWA, président urbain.

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22