Elections crédibles sans alternance !

8 mai 2014

Actualités

Forum d’As: 7 mai 2014

C’est jour d’élections générales en Afrique du sud. Les sud-africains renouvellent notamment leur parlement. Lequel va élire le Président de la république. Comme lors des précédentes élections post-apartheid, le Congrès national africain(ANC) est donné grand favori. Les sondages créditent le parti au pouvoir d’une majorité confortable quoi qu’en recul. Il ne devrait donc pas y avoir de surprise. Jacob Zuma devrait rempiler. Ainsi, va la démocratie sud-africaine où les scrutins se suivent et se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Ou presque.

En Afrique australe, l’Afrique du sud est loin d’être le seul pays dans ce cas de figure. La Namibie, le Mozambique, la Tanzanie… organisent régulièrement des élections qui voient tout aussi régulièrement les partis au pouvoir l’emporter. La Swapo, le Frelimo, le CCM… dominent ainsi sans discontinuer les jeux politiques. Une preuve par l’absurde que démocratie ne rime pas forcément avec alternance.

Or, vu des opposants et de certains  » africanologues » bien pensants, un scrutin n’est libre, transparent et démocratique que si il voit le Président en place et son parti perdre. L’échec de l’équipe au pouvoir devient ainsi le gage de régularité d’une élection. Si bien que très souvent sur le Continent, parler d’élections libres sous-entend quasiment automatiquement un scrutin gagné par l’Opposition ! Une doxa réductrice qui, dans certaines situations, fait peu de cas des réalités sociologiques de l’Afrique profonde. Notamment la donne tribale, et le vote rural.

Certes, dans cette Afrique post-parti unique, les élections ne se passent pas toujours dans la plus grande transparence. Il est des cas avérés de tripatouillage dans le chef des pouvoirs en place. Mais, tirer une loi d’airain selon laquelle une élection n’est crédible que si elle débouche sur l’alternance caricature la réalité politique sur le Continent. Enfin, l’expérience dans certains pays africains renseigne que l’alternance n’implique pas toujours l’alternative. Des dirigeants se succèdent pour perpétuer, en somme, les mêmes pratiques faites de gabegie, de clientélisme, d’intolérance à l’endroit de la nouvelle opposition… Comme le résumait si bien un acteur politique bien de chez nous :  » le véhicule est le même, on a juste changé de chauffeur ! » José NAWEJ

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22