NOUS SOMMES VICTIMES DE MANQUE DES POLITIQUES SOCIALES

15 mai 2014

Actualités

par Salomon Valaka – 13 mai 2014

Bien cher compatriotE Vununu

Je viens de lire avec une attention soutenue votre narration des faits sur les événements tristes que nous déplorions tous en ce qui concerne les refoulés de Brazzaville sous l’opération « Mbata ya Mikolo ».

Vous venez de taper encore sur le mille quand vous dites que «ce sont les autorités de la République Démocratique du Congo qui avaient organisé premièrement une opération similaire intitulée « Likofi » -Coup de poing- pour des raisons presque similaires, l´insécurité grandissante dans la capitale de Kinshasa avec comme toile de fond, la traque des délinquants appelés communément à Kinshasa, « les Kulunas ». Cette traque à Kinshasa, on se rappelle, a déversé une grande partie de ces délinquants à Brazzaville.»
C’est une affaire triste qui devait interpeller tout Congolais car ceux violentés de part les deux bords de nos capitales sont aussi des frères et sœurs comme nous.

Ce qui me fait mal au cœur est le fait que tous les péchés sont jetés au comportement, semble t-il sordide, de nos « Kulunas ».

La question que je vous pose, mon frère Vununu et la question que je me permets de poser aux autorités de la RDC et même celles de la République du Congo/Brazzaville est celle de savoir quelle politique sociale avons-nous déjà initiée pour réduire le phénomène Kuluna ou les ratés de la vie dans nos pays respectifs?.

Dans un pays où la croissance économique est presque réduite à Zéro alors que la population ne fait que s’accroitre et l’exode rural toujours croissant; un pays où les 2/3 des pères exercent leur profession dans la fonction publique avec ce qu’ils connaissent comme retard dans le payement des salaires et les 9/10 des mamans restent à la maison; un pays où les enseignants et les écoles font partie de la classe des « oubliés de la République avec des salaires de misère alors que les députés, ministres, le présidents et les politiciens de tout acabit y compris ceux qui reçoivent des miettes sous les tables sont mieux payés que les fonctionnaires; un pays où les minerval commence à être requis depuis l’école maternelle…comment voulez-vous réduire le phénomène Kuluna?

Le cercle vicieux est total et continuellement présent:

« Le papa n’a pas de salaire, mais entre temps je dois fréquenter une école où l’enseignant qui subit des retards monumentaux dans son salaire me réclame des pourboires et l’école le minerval que papa n’est en mesure de payer…que deviens mon sort? »

Mon frère Vununu, je sais que vous défendez le régime. C’est votre droit. Mais de fois nous devons faire usage du bon sens pour faire la part des choses. Nous ne devons pas toujours chercher des solutions superficielles ou attaquer le mal superficiellement. Car le problème de Kuluna n’est rien d’autres qu’une conséquence de manque d’une politique sociale à long terme.

Le pays n’en dispose pas et comme conséquence, nous entretenons une bombe à retardement. Nous élevons au Congo une génération sacrifiée qui, dans un 20, 30 ans, feront du Congo une nation à 9/10 des illettrés et des délinquants. D’ailleurs cela vient de commencer avec le débâcle de Brazzaville. Quel genre des citoyens les politiciens de cette époque va diriger et quelle sera la valeur de notre société.

J’ai encore une bonne mémoire: à l’école primaire, de mon époque, nous étudions le cours de civisme où j’ai appris que « la valeur d’un pays se mesure par la valeur de ses habitants… » Quel genre d’habitants le Congo aura dans 20, 30 ans lorsque le 3/4 de la population sera composé des illettrés et des Kulunas puisque le pays n’a pas prévu une politique sociale pour réintégrer ceux qui sont des Kulunas, aujourd’hui, dans la société?

Les tabasser et les incarcérer comme c’était le cas avec l’opération « Likofi » et maintenant les tuer et les trainer nus dans les rues comme c’est le cas avec l’opération « Mbata ya Mikolo » n’arrange pas les choses…au contraire!

Nous, entant que peuple (à Brazza tout comme à Kinshas), nous sommes victimes des mauvaises politiques gouvernementales entre les deux pays.

Je ne sais pas, franchement si je ne dois pas nier la thèse selon laquelle ce qui est arrivé au Congo/Brazza est une concertation sordide des présidents des deux pays qui, sentant les élections approcher, veulent inciter les désordres pour que l’on dise que l’on a encore besoin d’eux pour mettre de l’ordre.

Que cela soit vrai ou faux, la manière dont les deux présidents et les deux gouvernements se sont comportés témoigne à suffisance qu’ils n’aiment pas leurs peuples respectifs.

Voici donc ma suggestion pour mettre fin au problème des Kuluna et donc le recyclage des jeunes que nous perdons à la délinquance:

1. Diviser en deux les émoluments exagérés des politiciens Congolais, à commencer par le Président de la République, ensuite les ministres et les députées.

Fermer les trous des émoluments imaginaires (Mama Présidente, Janet Kabila et compagnie…)

2. Cet argent pourra servir d’un budget annuel suffisamment réaliste pour des cours d’apprentissage agricole et ouvrir des centres agricoles dans toutes les régions, en nous procurant des tracteurs agro-industriels où cette population qui vient de rater l’enseignement normal sera utilisée.

3. Promouvoir l’enseignement agricole et réduire l’enseignement pédagogique pour encourager la production agro-industriel.

4. Reformer l’armée avec promesse de servir un minimum de deux ans pour les D6 au terme duquel, ayant servi le pays, ils devront fréquenter l’université gratuitement.
De cette manière, nous aurons toujours une armée composée de semi-lettrés et des enfants qui font l’université facilement.

Ce sont des considérations qui ne seront jamais peut-être suivies. Mais nous aurons toujours alors des Kulunas et des « Combattants » à les défendre. Mais par manque d’une politique sociale bien définie, beaucoup leur doit être pardonné, car, je le répète: LES KULUNAS ET LES POPULATIONS CONGOLAISES SONT VICTIMES DES MAUVAISES POLITIQUES GOUVERNEMENTALES.

Salomon Valaka
13 mai 2014

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22