26/05/14/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE LUNDI

(CongoForum)

A l’Est, on parle d’une nouvelle rébellion. En politique, l’annonce de la formation « imminente » d’un nouveau gouvernement était une fois de plus un « couac ». L’identification des travailleurs expatriés oeuvrant en Rdc, la tenue à Brazzaville de l’assemblée de l’APF, la participation de JKK à l’investiture de Jacob Zuma, la problématique de l’opération de bancarisation de la paie en Rdc, autant d’autres éléments à lire dans la presse d’aujourd’hui.
Est : nouvelle rébellion ?

Depuis la défaite militaire des rebelles du M 23, en novembre 2013 et celle, toute récente, de leurs homologues ougandais de l’ADF-Nalu, les Congolais de l’Est du pays devraient en principe commencer à humer l’air frais de la paix. Mais, la voie devant mener à la pacification totale et durable de cette partie de la RDC, semble encore longue.
Le Phare titre « Nouvelle rébellion à l’Est : réalité ou piège ? ». Explication :
« Alors que les FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) et les forces onusiennes se préparent à attaquer les FDLR (Forces Démocratique pour la Libération du Rwanda), conformément aux prescrits de l’Accord-Cadre d’Addis-Abeba et de la Résolution 2098 du Conseil de Sécurité de l’Onu, la Société Civile du Nord-Kivu fait état de la naissance d’une nouvelle rébellion dans cette partie du pays. Celle-ci porterait un emblème pour le moins étonnant : « Force pour la Protection du Peuple Hutu » (FPPH). Depuis quand des Hutus congolais se sentiraient-ils en insécurité dans un territoire où pullulent des centaines d’éléments FDLR, avec lesquels ils partagent la même souche ethnique ? Voilà l’énigme à laquelle il faudrait répondre avec exactitude, au risque de ne pas cerner les véritables contours de ce mouvement rebelle.
En tous les cas, la localité de Lubero aurait été choisie comme la base de son futur état-major opérationnel. Il y aurait à sa tête un certain colonel Kasongo, décrit comme un ancien du RCD (Rassemblement Congolais pour la Démocratie), du PPD et du CNDP (Congrès National pour la Défense du Peuple) et un des bénéficiaires du programme de désarmement, démobilisation, réinsertion. On prêterait à la FPPH l’intention de s’appuyer sur les FDLR et les Mai-Mai Nyatura avec pour objectif inavoué de mener des actions militaires pour la conquête future des territoires de Beni, Rutshuru, Masisi et Nyiragongo, en vue de la création d’une province autonome, ayant pour chef-lieu la ville de Goma.
Selon toujours la Société Civile du Nord-Kivu, certains membres des institutions de la République (Sénat, Assemblée Nationale, Gouvernement), originaires du Nord-Kivu, seraient au parfum du projet et auraient même marqué leur accord pour son financement. Encore au stade embryonnaire, ladite rébellion serait occupée à recruter et à former militairement des jeunes combattants dans les localités de Mwekwe, Munol, Buleusa, Busu et Kisavulo.
Faut-il croire ou non à l’alerte donnée par la Société Civile du Nord-Kivu ? Ne s’agirait-il pas d’un nouveau piège tendu à la RDC, dans le but de la détourner de sa mission consistant à déclencher la chasse aux rebelles Hutu, qui y perpètrent des pillages des minerais, des vols des produits de champ et de l’élevage, des viols, des tueries…depuis deux décennies ? C’est le lieu d’inviter les services compétents des renseignements civils et militaires à quadriller davantage la zone de Lubero en particulier et le « Grand Nord » en général pour savoir de quoi il retourne réellement.
Car, sans informations suffisamment vérifiées et recoupées, la RDCongo risque de se lancer dans une traque aveugle des Hutus, oubliant que les Tutsi rwandais, principaux animateurs des rébellions qui déchirent le pays depuis 1996, n’ont pas encore dit leur dernier mot. Ne serait-on pas dans un schéma visant à distraire les forces congolaises de sécurité, afin de les lancer sur une fausse piste, alors que le véritable danger se trouve être le M23 en hibernation à nos frontières ?
L’on en est sans ignorer que le colonel Sultani Makenga et ses hommes, bien que défaits militairement et exclus pour la plupart du bénéfice de l’amnistie, campent toujours en Ouganda et au Rwanda, où ils ne cessent de recruter et de reconstituer leur arsenal militaire, dans un objectif que chaque Congolaise et Congolais peuvent deviner : relancer les hostilités au Nord-Kivu.
Par conséquent, les FARDC devraient prendre les dispositions utiles en vue de renforcer leur présence militaire dans tous les « points chauds » (Beni, Rutshuru, Masisi, Nyiragongo, Goma) cités par la Société Civile du Nord-Kivu. En tout cas, l’annonce d’une rébellion ayant pour préoccupation principale la protection des Hutu en RDC parait fort suspecte. Elle mérite un sérieux suivi, afin d’éviter toute désagréable surprise. Dans cette province où tout est possible, rien ne devait être négligé ».

« Nouveau » gouvernement
Forum des As a perçu une « Forte agitation autour de la Primature » et met ce sujet à la Une. La rumeur de la formation imminente d’un gouvernement a couru dans le milieu politique congolais. FdA révèle que cette rumeur est en fait une interprétation d’une note circulaire partie du Directeur de cabinet du Premier ministre Matata Ponyo. Ce quotidien explique que c’est une note normale par laquelle le Directeur de cabinet du Premier ministre expliquait la procédure à suivre et les dispositions à prendre lors de la cérémonie de remise-reprise avec son successeur. Cette séquence administrative a mis tout Kinshasa politique sens dessus dessous. (Si, à chaque fois que la presse lâche un « canard » au sujet du « nouveau gouvernement », elle se met ensuite à écrire des articles expliquant pourquoi elle a, une nouvelle fois, raconté des bobards, les rédactions kinoises ne risquent pas de manquer de matière ! NdlR)
Pour certains, relate Forum des As, le glas avait sonné pour Augustin Matata Ponyo Mapon. Son départ venait d’être acté. Pour d’autres, souligne encore ce quotidien, le Raïs était sur le point de reconduire l’homme à la cravate rouge. Jusqu’à hier, soutient-il, certains ministres ont appelé des rédactions affirmant ” ça y est, le Gouvernement Matata est tombé, le Chef de l’Etat lui a demandé de faire ses valises…”. On aura beau s’agiter, conclut le journal, seul le Président Kabila connaît le jour et l’heure de « la naissance » du Gouvernement en gestation.
(La rumeur publique – les gens sont méchants, mais cela ne veut pas dire qu’ils mentent – fait état de gros éclats de voix chez Kengo et Minaku, sur le thème « si je n’en suis pas, ça va barder ! ». Il est certain qu’il y aura beaucoup moins d’élus que d’appelés. C’est-à-dire qu’il y aura beaucoup de mécontents. Or, le « nouveau gouvernement » servait précisément à attirer des gens alléchés par le fumet de l’Entrecôte aux Concertations Nationales, qui elles-mêmes servaient de dérivatif au mécontentement engendré par les élections bidouilles de 2011. La question est donc : quelle sera la taille du pétard qui va exploser, et aura-t-il suffi de set mois de sence pour que ledit pétard soit mouillé ?
Il faut rappeler que les élections de novembre-décembre 2011 ont donné des résultats qu’une personne avisée, réfléchie, d’esprit libre et critique devrait considérer comme nuls, donc sans gagnant. La suite aurait dû être l’annulation pure et simple, des enquêtes sérieuses pour déterminer les causes et origines des irrégularités, qu’on en tire les conséquences quant aux futures élections. Il aurait dû y avoir une protestation générale des démocrates de tous les partis, car un démocrate ne saurait accepter que son candidat gagne par la fraude, la corruption et le mensonge. Au lieu de quoi on n’a assisté qu’à des élucubrations pour défendre la victoire « officielle » de JKK, et à d’autres élucubrations pour défendre celle, tout aussi hypothétique, de Tshisekedi.
Les élections de 2011 avaient été organisées, tout comme celles de 2006, en faisant voter un « corps électoral inconnu », faute de recensement préalable de la population. Ce fait à lui seul suffirait à en « plomber » gravement la crédibilité. Elles ont, par-dessus le marché, été entachées de fraudes et de manipulations à un point tel qu’elles ont donné des résultats qui, en réalité, sont encore inconnus[1]. Toute autorité prétendue ne relève plus que de la force, de l’intimidation, d’un coup d’état de fait. Le principal ressort de ce coup d’état consiste à progresser, comme si de rien n’était, dans les tâches qui suivent normalement une élection et à mettre le pays et le monde devant le fait accompli. Malumalu, principal responsable de cette absurdité d’élections sans recensement préalable de la population, a été remis à la Présidence de la CENI, ce qui promet encore de beaux jours à l’avenir ! NdlR)
Grand Inga
L’Avenir s’intéresse au projet Grand Inga et titre à la Une « Projet intégrateur d’Inga : Kitebi ramène 300 millions de dollars Us de la Bad ».
Le ministre en charge des Finances, Patrice Kitebi, qui a participé aux Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD), a annoncé une promesse ferme de cette banque de financer le projet intégrateur d’Inga à la hauteur de 300 millions US$. Même si les fonds des institutionnels ne seront pas suffisants, parce que le budget de Inga, c’est plus de 12 milliards de dollars, concède le journal, Kitebi a sollicité et obtenu l’appui de la BAD pour qu’il y ait non seulement une mobilisation du secteur privé, mais qu’elle puisse mettre en jeu un guichet qui offre des garanties pour des investisseurs privés.
Au sujet de deux autres barrages, Kakobola et Katende, note L’Avenir, la requête pour un financement additionnel de 82 millions de dollars Us entre le Gouvernement congolais et Exim Bank of India a été approuvée et il ne reste qu’à signer l’accord de financement.
Bancarisation
La Prospérité, qui titre en manchette « Bancarisation : voici les dix clés de Clément Kanku pour corriger les défaillances ! », s’intéresse, pour sa part, à la question orale avec débat adressée au ministre du Budget, Daniel Mukoko Samba, au sujet de la bancarisation de la paie des fonctionnaires. Après les réponses du ministre, l’auteur de cette question orale, le député Clément Kanku, a notamment recommandé de créer une commission d’enquête parlementaire devant déterminer le sort du reliquat de la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat récupéré depuis le début de la bancarisation.
L’élu réclame également des sanctions contre les agents véreux qui ont trempé dans le détournement de la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat ainsi que ceux qui ont créé des agents fictifs. Malgré ces recommandations, indique le journal, Clément Kanku a estimé qu’aucun député sérieux ne prendrait le risque de demander qu’on puisse arrêter, aujourd’hui, le processus de la bancarisation. Mais, poursuit La Prospérité citant le même député, « au vu du résultat et des difficultés que vivent nos compatriotes à travers le pays, nous ne pouvons qu’insister pour que le Gouvernement corrige les défaillances du système afin de payer les agents et fonctionnaires de l’Etat à temps, l’intégralité de leurs salaires et dans les meilleures conditions ».
(Nous avons fait remarquer dès le début de cette « bancarisation » que si cette opération mettait fin aux détournements en supprimant des intermédiaires, elle avait le défaut de contourner les détournements plus que de les combattre, puisque aucune mesure répressive n’était prise à l’encontre des intermédiaires indélicats. Certes, la bancarisation a tué la poule aux œufs d’or et va à la longue les affaiblir en les privant d’une source de revenus, mais il n’y a aucune raison pour qu’ils échappent à un châtiment exemplaire. Aucune raison, sinon qu’ils bénéfcient certainement de très hautes protections…. NdlR)
Expulsions des ressortissants de la RDC du Congo-Brazzaville.
La Prospérité révèle que la situation de ces expulsés était au centre des discussions du Conseil de ministres du gouvernement provincial de Kinshasa, le mardi 20 mai dernier, dans la Commune de Maluku. Une délocalisation du Conseil de ministres dans la commune où ils sont regroupés que souligne le journal.
Le Phare s’intéresse à ‘action de Mr. J. Mbadu, gouverneur du Bas Congo, en faveur de ces réfugies. « Accompagné de cinq députés nationaux et d’autres personnalités du monde politique et associatif de la province du Bas-Congo, Jacques MBADU a consacré la journée de vendredi dernier à superviser le rapatriement des refoulés de Brazzaville originaires de sa province. En tout et pour tout 398 personnes, tous âges et sexes confondus, ont eu l’insigne honneur de bénéficier du transport par bus de la compagnie TRANSCO pour regagner leurs villages respectifs. Ces compatriotes étaient jusque-là hébergés sur le site de Maluku dans des tentes et locaux situés aux environs de l’usine de SIDERNA aménagés pour la circonstance. Sur ce site, se trouvaient aussi d’autres compatriotes originaires de la province de l’Equateur et d’ailleurs en attente des moyens de transport.
Huit bus de la compagnie TRANSCO ont été pris en location par le Gouverneur du Bas-Congo pour effectuer par route les mouvements vers Matadi, Kinzau Vuete, Materne, Tshela, Boma et Muanda. Après avoir visité les sites où étaient hébergé les refoulés de Brazzaville, Pointe Noire, Dolisie et autres localités du Congo voisin, le Gouverneur Jacques MBADU a ensuite eu des entretiens avec la Secrétaire Générale a.i du ministère de l’Action Humanitaire et certains délégués des Ong et organisations à caractère humanitaire qui avaient dressé des listes reprenant les identités de ces refoulés.
Dans son mot de circonstance, il a tenu à rassurer ses compatriotes que personne d’entre eux ne restera plus à Maluku. Toutes les dispositions ont été prises pour que tous les Ne Kongo soient rapatriés vers leurs villages respectifs. Regroupés dans le site qui servait à l’époque de lieu de stockage de la société SIDERNA, ces compatriotes ont reçu chacun un kit alimentaire pour tenir le coup jusque dans leurs villages. Le Gouverneur a ensuite promis que dès le mois de juillet, il va prendre contact avec le chef de l’Etat pour obtenir un site où l’on va construire des habitations au profit de tous les corps des métiers revenus du Congo voisin. Chacun des cinq députés nationaux a pris la parole pour souhaiter la bienvenue à leurs compatriotes refoulés du Congo voisin en leur assurant que ce qui leur arrivé ne doit pas les décourager. Bien au contraire, ils doivent tirer des leçons pour l’avenir. Le malheur des uns fait le bonheur des autres, a déclaré l’honorable MAKWALA, député de Luozi. Pour son collègue de Muanda, Jean-Marie MOLATO, la RDC dispose des terres parmi les plus riches de la terre pour produire des richesses plus variées. «Votre réussite, c’est notre réussite, votre échec c’est notre échec», a-t-il lancé en direction de Jacques MBADU. «On est solidaire de toutes les actions que le gouvernement provincial organise en faveur de ses administrés. Clément NZAU s’est félicité de constater que la présence des députés provenant de tous les horizons politiques constitue déjà la preuve de la cohésion provinciale prônée tout récemment par le Gouverneur MBADU dans son discours de l’An 1 à la tête de la province. Avant de rendre un hommage mérité au gouverneur MBADU qui ne lésine pas sur les moyens pour voler au secours de ses administrés en y associant toujours les élus Ne Kongo, ainsi que d’autres personnalités de cette province. Jean-Claude VUEMBA, député de Kasangulu et président du Causus des députés Ne Kongo est resté égal à lui-même en ravivant le nationalisme qui, à ses yeux, devrait inspirer chaque compatriote, surtout en ces temps où des voisins se permettent de violer les principes élémentaires des droits de l’homme. On ne nous respectera que lorsque la RDC va terminer la construction du port en eaux profondes de Banana. L’honorable MATEZOLA a déclaré que ce qui nous arrive était prévisible et qu’il faut maintenant redoubler d’efforts pour que rien de tel ne se répète plus jamais. «Votre réussite est la nôtre», a-t-il indiqué en direction du Gouverneur MBADU. Pas de barrière idéologique pour tout ce qui touche la province du Bas-Congo. Pour clôturer, Jacques MBADU a indiqué que tous ses efforts sont au service du patriotisme, du nationalisme et d’humanisme. Il s’est encore une fois félicité de la présence des députés venus de tous les horizons idéologiques, une preuve supplémentaire de la cohésion provinciale qui est inscrite en lettres d’or dans son programme de la reconstruction de la province du Bas-Congo. Il faut démontrer au monde entier que le peuple congolais est fort et tient à le demeurer jusqu’à la fin des temps. Dès le mois de juillet, le gouvernement provincial va inventorier les différents corps des métiers refoulés de Brazzaville pour la construction d’une ville où ils seront appelés à œuvrer pour le bonheur du Bas-Congo et de toute la République ».
L’Avenir annonce la tenue du 26 au 27 mai 2014 à Brazzaville, de la 22ème Assemblée régionale et africaine de l’APF. C’est M. Justin Nkoumba, président de l’Assemblée nationale du Congo/Brazzaville qui a effectué la traversée vendredi dernier pour vernir informer à son homologue de la Rdc Aubin Minaku l’état de préparation de ces assises.
D’après ce journal, la grande interrogation est celle de savoir si la délégation parlementaire de la Rdc effectuera sa traversée pour participer à cette importante réunion africaine, au regard du climat tendu entre les des villes, consécutif au refoulement massif et inhumain des Congolais de Kinshasa sur le sol de la République du Congo.
Autre retombée des tensins Kin/Brazza, La Prospérité titre« Effectif des expatriés en Rdc : Bahati lance la carte biométrique pour travailleurs étrangers ».
A travers cette décision, souligne ce journal, le gouvernement, par l’entremise du ministère de l’Emploi, travail et prévoyance sociale, voudrait bien maîtriser le fichier des effectifs des travailleurs expatriés qui ont choisi la Rdc comme leur seconde patrie.
Divers
« Joseph Kabila présent samedi à l’investiture du président sud-africain Jacob Zuma ». Selon Le Potentiel le président Kabila était parmi la dizaine de chefs d’Etat et de gouvernements d’une quarantaine de pays africains à cette investiture, laquelle a drainé près de 4.500 hôtes de marque.
La Prospérité annonce qu’au cours de cette même réunion du Conseil de ministres du gouvernement provincial de Kinshasa du 20 mai, la question de l’arrivée de 30 nouveaux bus dans la capitale. Ce qui ramène le total du nombre de bus New Transkin à 100 unités, indique la consœur.
En sport, l’hebdomadaire Géopolis est revenu sur la victoire de Mazembe face à l’AS Vita Club pour dire qu’en dépit de sa défaite, le club vert et noir consolide toujours sa place dans la ligue des champions de la CAF.
.

© CongoForum, le lundi 26 mai 2014

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22