27/05/14/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE MARDI

(CongoForum)

La politique est en vedette d’actualité dans la presse congolaise, dominée par la publication du calendrier électoral pour les élections urbaines, municipales et locales. C’est, de façon unanime, le titre à la Une de tout le presse du jour.

Processus électoral
Il faut rappeler que les élections de novembre-décembre 2011 ont donné des résultats qu’une personne avisée, réfléchie, d’esprit libre et critique devrait considérer comme nuls, donc sans gagnant. La suite aurait dû être l’annulation pure et simple, des enquêtes sérieuses pour déterminer les causes et origines des irrégularités, qu’on en tire les conséquences quant aux futures élections. Il aurait dû y avoir une protestation générale des démocrates de tous les partis, car un démocrate ne saurait accepter que son candidat gagne par la fraude, la corruption et le mensonge. Au lieu de quoi on n’a assisté qu’à des élucubrations pour défendre la victoire « officielle » de JKK, et à d’autres élucubrations pour défendre celle, tout aussi hypothétique, de Tshisekedi.
Les élections de 2011 avaient été organisées, tout comme celles de 2006, en faisant voter un « corps électoral inconnu », faute de recensement préalable de la population. Ce fait à lui seul suffirait à en « plomber » gravement la crédibilité. Elles ont, par-dessus le marché, été entachées de fraudes et de manipulations à un point tel qu’elles ont donné des résultats qui, en réalité, sont encore inconnus[1]. Toute autorité prétendue ne relève plus que de la force, de l’intimidation, d’un coup d’état de fait. Le principal ressort de ce coup d’état consiste à progresser, comme si de rien n’était, dans les tâches qui suivent normalement une élection et à mettre le pays et le monde devant le fait accompli. Malumalu, principal responsable de cette absurdité d’élections sans recensement préalable de la population, a été remis à la Présidence de la CENI, ce qui promet encore de beaux jours à l’avenir !
La Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante) a levé, hier lundi 26 mai 2014, un coin du voile sur une partie du cycle électoral de 2013-2016, au cours de ce que Le Phare, dans un article intitulé « Elections 2013-2016 : la Ceni publie le calendrier et se lave les mains », appelle «une sorte de show médiatique diffusé en direct
par la RadioTélévision Nationale Congolaise (RTNC) ».
Apollinaire Malumalu, a présidé la cérémonie de présentation du calendrier des élections urbaines, municipales et locales. Selon les articulations de ce document, ces scrutins devraient se tenir entièrement en 2015.
Toutefois, la CENI n’a avancé aucune date au sujet des élections des députés provinciaux, des sénateurs, des députés nationaux et du président de la République. Interrogé à ce sujet, l’abbé Apollinaire Malumalu a lancé la balle dans deux camps, celui du gouvernement et de l’Assemblée nationale. Tout en martelant que son institution allait respecter le chronogramme du cycle électoral devant courir de 2013 à 2016, il a fait savoir que son respect était lié à trois préalables, à savoir l’organisation du recensement administratif et la disponibilité des moyens financiers par le gouvernement ainsi que la détermination, par l’Assemblée Nationale, du mode de scrutin à appliquer pour les élections des députés provinciaux et du président de la République, entendez soit le suffrage direct, soit le suffrage indirect.
Et Le Phare commente : « La Ceni se lave ainsi les mains, à la manière de Ponce
Pilate, en laissant au Gouvernement et à l’Assemblée Nationale, l’entière responsabilité de la prolongation ou non, au-delà de 2016, des mandats des députés provinciaux, des gouverneurs de provinces, des sénateurs et du Président de la République. L’Abbé Apollinaire Malumalu a insisté sur le fait que la Ceni ne peut pas se risquer à publier le calendrier des scrutins des députés provinciaux, des gouverneurs de provinces, des sénateurs, des députés nationaux et du président de la République tant que le gouvernement n’aura pas mené à son terme le recensement administratif de la population congolaise, coulé en exigence constitutionnelle. Elle ne peut pas non plus le faire tant que l’exécutif national n’aura pas disponibilisé, pour chaque scrutin, le budget y afférent. Il a même précisé que la Ceni a déjà déposé, sur la table du gouvernement, l’ensemble du budget relatif au cycle électoral de 2013 à 2014 et n’attend plus que la libération des fonds, conformément à sa « feuille de route ».
S’agissant du mode de scrutin, il appartient à l’Assemblée Nationale de lever l’option au sujet soit du suffrage direct, soit du suffrage indirect pour l’élection des députés provinciaux. Dans l’hypothèse du suffrage indirect pour ces élus, selon la Ceni, toutes les élections (gouverneurs de provinces, sénateurs et président de la République au Second degré) ainsi que des députés nationaux pourraient avoir lieu dans les limites de l’année 2016. Mais dans le cas du suffrage direct pour les députés provinciaux, les prolongations seraient automatiques, c’est-à-dire au-delà de 2016, pour les élections législatives provinciales et nationales, sénatoriales et présidentielle.
Bref, l’Abbé Apollinaire Malumalu a tenu à attirer l’attention de l’opinion tant nationale qu’internationale sur le fait que la responsabilité d’une éventuelle perturbation du cycle électoral de 2013 à 2016 devrait être rejetée, soit au gouvernement (recensement
administratif et financement), soit à l’Assemblée nationale (suffrage direct ou indirect pour les députés provinciaux).
Les observateurs notent que du côté du gouvernement comme de l’Assemblée Nationale, le «mot de la fin» viendra de la majorité Présidentielle. C’est elle qui décidera si les députés provinciaux seront élus au suffrage indirect ou direct et s’il faut ou non, donner la CENI les moyens d’organiser les élections dans les délais constitutionnels ou non ».
Le Potentiel souligne que ce calendrier ouvre à tout point de vue le cycle électoral 2014-2016.
Dans ce calendrier électoral, trois dates sont à retenir : le 14 juin 2015 coïncide avec l’organisation du scrutin des conseillers de communes, de secteurs et de chefferies ; le 29 août 2015 porte sur le scrutin des conseillers urbains, bourgmestres et chefs de secteurs, alors que le 15 octobre 2015 renvoie à la date du scrutin des maires et des maires adjoints. En privilégiant les élections urbaines, municipales et locales, l’abbé Malumalu a voulu commencer par la fondation et continuer le processus.
L’on doit reconnaître, note Le Potentiel, que le calendrier électoral rendu public est le résultat d’une série de consultation et d’un large consensus qui s’est dégagé entre toutes les parties impliquées dans le processus électoral, aussi bien les partenaires locaux qu’étrangers.
Sous le titre : « Malumalu laisse planer le doute », L’Objectif constate que la présidentielle de 2016 s’annonce hypothétique. L’abbé Malumalu a posé des préalables qui devraient précéder la tenue de ce scrutin, notamment le recensement administratif. Si ce préalable n’est pas résolu, la Ceni sera obligée de solliciter une dérogation auprès du gouvernement, a indiqué Apollinaire Malumalu. Pour sa part, la Ligue nationale des électeurs pour les élections libres et transparentes (Linelit) craint que le calendrier électoral ne soit violé. « Le processus électoral accuse un grand retard et par conséquent, il faudra s’investir dans la construction du consensus politique et électoral fort pour que des esprits soient apaisés afin d’aller aux élections dans le délai constitutionnel », avait affirmé le président de la Linelit, Jérôme Bonso.
La Prospérité titre à la Une : « Le calendrier des élections locales est là : 2015, Malumalu invite les congolais aux urnes ».
Finies, les spéculations !. Ce journal signale que la première étape à trois volets, à savoir primo, l’élection des conseillers municipaux, des secteurs et des chefferies le 14 juin 2015, secundo, l’élection des bourgmestres et de leurs adjoints, des chefs de chefferies et de chefs de secteurs le 29 août 2015 et, tertio, l’élection des maires, de leurs adjoints en date du 15 octobre 2015 ; « coûtera la bagatelle somme de 300 millions USD » Un plan de décaissement a été soumis au gouvernement qui, déjà, dans le Budget 2014, a disponibilisé 166 millions USD.
L’Avenir se penche sur le financement de ces élections. Il titre : « Malumalu publie le calendrier et met la pression sur la classe politique et la société civile », et note que « le financement n’est plus un obstacle ». «La loi des finances votée par le Parlement pour l’exercice 2014 règle la question du financement des élections urbaines, municipales et locales dont le budget sera également pris en charge lors de l’exercice 2015. Chaque institution a ses prérogatives et chaque institution répond de ses prérogatives», affirme le président de la Ceni, cité par L’Avenir.
Pour ce journal, Malumalu a donc tenu parole, en publiant le calendrier dans le délai. A travers cet acte, il vient donc de placer la classe politique du pays et la société civile dans toute sa globalité devant leurs responsabilités. De même, le gouvernement et la Communauté internationale sont aussi interpellés dans la mesure où ils doivent allouer un budget conséquent à la Ceni pour lui permettre d’organiser toutes les élections du cycle électoral 2013-2016.
Abordant toujours la même question, Forum des As indique que « Malu Malu tient parole », avec la publication du calendrier des élections urbaines, municipales et locales.
Il note que ce cycle électoral s’ouvre le 10 juin 2014 avec l’accréditation des observateurs à long terme et se clôture le 5 novembre 2015 par l’investiture des maires et maires adjoints, renseigne le calendrier de la Ceni. Désormais, la balle est dans le camp de la classe politique. C’est aux hommes politiques, toutes tendances confondues, de s’impliquer dans la préparation de ces joutes électorales. Exit donc les polémiques politiciennes stériles autour des élections. D’autre part, ces élections locales sont d’autant plus importantes qu’elles ont vocation à remettre la maison électorale congolaise dans le sens de la marche. Car, il était presque scandaleux de voir depuis le cycle électoral de 2006, la République démocratique du Congo ne pas organiser les élections à la base, écritForum des As.

Calendrier

• Du 10 juin au 09 juillet 2014 : Accréditation des observateurs à long terme;
• Du 01 octobre au 20 octobre 2014 : Audit externe du fichier électoral;
• Du 03 au 20 novembre 2014 : Examen de l’annexe à la loi électorale portant répartition des sièges ;
• Du 10 décembre 2014 au 18 janvier 2015: Convocation de l’électorat et dépôt des candidatures au niveau des bureaux de réception et traitement des candidatures ;
• Du 19 au 23 janvier 2015 : Retrait, ajout ou substitution des candidatures ;
• Le 13 février 2015: Publication de la liste provisoire des candidatures aux élections des Conseillers des communes et des secteurs/chefferies ;
• Du 14 au 24 février 2015 : Dépôt des recours en contestation des listes des candidatures et leur traitement auprès et par les tribunaux administratifs ;

• Le 25 février 2015: Publication des listes définitives des candidats aux élections des Conseillers des communes et des secteurs/chefferies;
• Du 30 avril au 29 mai 2015 : Accréditation des témoins, des observateurs et des journalistes ;
• Du 15 mai au 14 juin 2015 : Affichage des listes des électeurs par site de vote et bureau de vote;
• Du 29 mai au 12 juin 2015 : Campagne électorale pour les élections des Conseillers des communes et des secteurs/chefferies;
• Le 14 juin 2015: Jour du scrutin municipal et local; ouverture des bureaux de vote et de dépouillement pour les municipales et locales;
• Le 30 juin 2015 : Annonce des résultats pour les élections des Conseillers des communes et des secteurs/chefferies;
• Du 01 au 08 juillet 2015: Dépôt des recours relatifs au contentieux des élections des Conseillers des communes et des secteurs/chefferies;
• Du 09 juillet au 06 septembre 2015: Traitement des contentieux des élections des Conseillers des communes et des secteurs/chefferies;
• Du 15 juillet au 18 août 2015: Installation des Conseils municipaux et locaux;
• Le 07 septembre 2015 :-P ublication des résultats définitifs des élections des Conseillers des communes et des secteurs/chefferies;
• Du 05 au 18 juillet 2015: Réception et traitement des candidatures des Conseillers urbains, des Maires, des Bourgmestres et des Chefs de secteur;
• Le 3 août 2015 : Publication des listes provisoires des candidats Conseillers urbains, Maires, Bourgmestres et Chefs de secteur;
• Du 04 au 12 août 2015: Contentieux des candidatures des Conseillers urbains, des Maires, des Bourgmestres et des Chefs de secteur (dépôt et traitement) ;
• Le 14 août 2015 : Publication de la liste définitive des candidats Conseillers urbains, Bourgmestres et Bourgmestres adjoints, Chefs de secteur et Chefs de secteur adjoints;
• Du 25 au 27 août 2015 : Campagne électorale des Conseillers urbains, des Bourgmestres et des Chefs de secteur;
• Le 29 août 2015 : Jour du vote des Conseillers urbains, des Bourgmestres et des Chefs de secteur;
• Du 29 au 30 août 2015 : Agrégation et annonce des résultats provisoires des Conseillers urbains, des Bourgmestres et des Chefs de secteur;
• Du 31 août au 14 septembre 2015 : Recours et contentieux des résultats relatifs à l’élection des Bourgmestres et Bourgmestres adjoints, des Chefs de secteur et leurs adjoints;
• Le 15 septembre 2015 : Proclamation des résultats définitifs des Bourgmestres et Bourgmestres adjoints, des Chefs de secteur et leurs adjoints;
• Le 20 septembre 2015: Investiture des Bourgmestres et Bourgmestres adjoints et des Chefs de secteur et leurs adjoints;
• Du 31 août au 06 novembre 2015 : Recours et contentieux des résultats des élections des Conseillers urbains ;
• Du 14 septembre au 08 octobre 2015 : Installation des Conseils urbains;
• Du 11 au 13 octobre 2015 : Campagne électorale des Maires et Maires adjoints;
• Le 15 octobre 2015 : Jour de scrutin des Maires et Maires adjoints;
• Le 15 octobre 2015: Agrégation et annonce des résultats provisoires des Maires et Maires adjoints;
• Du 16 au 30 octobre 2015 : Recours et contentieux relatifs a l’élection des Maires et Maires adjoints;
• Le 31 octobre 2015 : Proclamation des résultats définitifs des Maires et Maires adjoints;
• Le 05 novembre 2015: Investiture des Maires et Maires adjoints.

© CongoForum, le mardi 27 mai 2014

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22