LETTRE OUVERTE A MONSEGNEUR L’ARCHEVEQUE ANTOINE BISHAMBA KIJANA,

1 octobre 2014

Non classé

LETTRE OUVERTE A MONSEGNEUR L’ARCHEVEQUE ANTOINE BISHAMBA KIJANA, Représentant Légal de la congrégation MIRECO et du RERC

Monseigneur Antoine Bishamba Kijana

Bonjour et bonne récéption de ma lettre ouverte. Qu’il me soit permis de prendre un peu de votre temps pour « reflechir2 avec vous et aider ceux qui nous lisent à bien reflechir.

Je voudrais répondre aux affirmations que vous avez fait au cours d’une conférence de presse que vous avez animée, le samedi 27 septembre dernier, en votre cabinet de travail et réagissant avec force à la lettre des Evêques catholiques du 14 septembre 2014. Vou avez dénoncez aprement la prise de positiion de la Cenco et vous l’avez considéré comme de « l’instrumentalisation de la foi chrétienne à des fins politiques », et en accusant les EVEQUE DE LA CENCO d’ambitionnâtes et de jidaistes Et par conséquence vous n’avez pas eu le courage de dire formellement et ouvertement à la CENCO de ne pas s’ingérer dans les affaires politiques de la nation.

Tout en respectant votre personne d’ Archevêque et votre foi, je ne peux pas me taire, en étant catholique, que je me sens offensé par le ténor de vos affirmations très partisanes et qui sont en dehors de tout enseignement évangélique et biblique. Jean Baptiste avait eu le courage de s’adresser à Hérode (le pouvoir de son temps) et de lui dire « « Il ne t’est pas permis de avoir pour femme, la femme de ton frére »
C’est clair que le « Patron » des Eglises du Réveil qui se dit surpris « de voir les Evêques, qui sont appelés à prêcher la paix, s’ingérer dans les affaires politiques », n’a pas compris la véritable nature de la foi qu’il prêche. « La foi sans les œuvres est une foi morte » dit Jacques 2,14

Et que signifie tout cela, Mon cher Monseigneur ?
Jacques dénonce les pratiques formalistes qui donnent bonne conscience. Et dit que la sans les ouevres est vaine, n’est rien, est inutile. Nos actes doivent être l’expression de notre foi. Si ma foi ne consiste pas à redire des discours passés ou des paroles toutes faites, mais devient écoute d’une Parole qui s’adresse à moi personnellement et provoque ma liberté, cette écoute produira une réponse qui s’exprimera, dans des actes. Les œuvres manifestent que ma foi est vraiment « écoutée », obéissance efficace à la Parole reçue. C’est dans le vécu que ma foi au Christ Jésus se révèle et se manifeste. C’est dans mes engagements professionnels que je me montre un véritable disciples du Christ.

Monseigneur, Le Chrétien n’est pas chrétien dans les seules sales du prières, où dans les sanctuaires, cathédrales, et pauvres églises de campagnes et villages. Le chrétien est chrétien de par tout.

Mon cher Archevêque, mais il y a de plus chez nous, dans notre église catholique. Il y a des autres documents qui constituent le Magistère de notre Eglise et qui font partie de notre identité. Il faudra tenir bien compte de l’emble de ces documents pour comprendre l’engagement de l’Eglise Catholique, comme peuple de Dieu en marche, dans la société. La doctrine sociale de l’Elise avec le Concile Vatican II et les différents documents des Papes a bien précisé le rôle de l’Eglise dans la « réalité publique ». Et l’Eglise Catholique ne fait que prôner une foi qui prend corps dans l’engagement social. C’est là qu’elle est appelée à manifester que Jésus Christ est venu « pour que les hommes aient la vie en abondance » (Jn,10)

Mon cher Archevêque, la CENCO s’adresse à ses fidèles et aux hommes de bonne volonté , réunis dans des paroisses, des CEV, engagés de par tout dans la société, afin des conscientise. Elle a le plein droit de rappeler à ses fidèles les dangers que la révision de l’article 220 peut provoquer et qui « a été verrouillé par le Constituant lui-même, justement pour échapper à cette modification. Cet article pose les bases de la stabilité du pays et l’équilibre des pouvoirs dans les Institutions »

Mon cher Archevêque, étant donné que vous mentionnez aussi le discours Pape François tenu à Rome aux Evêques de la CENCO je me permet de vous rappeler les parole sages du Pape François : « La fidélité à l’Évangile implique aussi que l’Église participe à la construction de la cité. L’une des contributions les plus précieuses que l’Église locale peut apporter à votre pays, consiste à aider les personnes à redécouvrir la pertinence de la foi dans la vie quotidienne et la nécessité de promouvoir le bien commun. »

Et alors, Monseigneur, ayons le courage et l’honnête d’en tirer les conséquences e n’en faisons pas une guerre de querelles inutiles. Probablement l’Archevêque fait un peu de confusion dans l’interprétions du texte, assez suffisamment clair.
Monseigneur, je suis fortement fier des Evêques de la CENCo d’avoir eu le courage finalement de parler clairement et de revenir à ce document assez prophétique qu’ils avaient écrit. « Protégeons notre Nation ».

Mon cher Monseigneur, tenons bien compte que Dieu noua a appelés à conduire son peuple sur le chemin de vérité et de l’épanouissent total de son âme, mais aussi de son corps, c’est-à-dire de l’homme tout émier et ne fermons pas nos cœurs et nos yeux ce véritable chemin à parcourir tous ensemble.
En tout respect fraternel

Fait à Rome le 30 septembre 2014

Kakaluigi p. Lo Stocco

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22