Impossible !

28 septembre 2016

Non classé

Le 28/09/2016

Nul ne doute que le dialogue politique congolais tant médiatisé, mais jamais retransmis en direct, bat de l’aile. Certains participants sèchent les séances, mieux, suspendent leur participation pour des motifs tout à fait évidents, au regard de l’option qu’ils se sont choisis. Ils disent que c’est impossible d’y retourner pour conclure l’accord politique tant attendu, parce que le draft proposé par le Facilitateur n’inclue pas des éléments jugés fondamentaux, objets même de la crise politique ayant provoqué des échauffourées la semaine du 19 septembre dernier à Kinshasa et dans quelques villes du pays. Pour le compte de la Conférence Episcopale Nationale du Congo, CENCO, c’est l’Abbé Nshole qui s’est exprimé, pour fixer la pensée de plus d’un. Sans mâcher les mots, il a dit qu’il est impossible pour l’église catholique d’y retourner, dès lors que l’inclusivité n’est pas au rendez-vous à la cité de l’Union Africaine. «Un projet d’accord non inclusif est porteur de germes de conflit», a-t-il fait savoir. Ici, allusion est faite au Rassemblement, qui a pourtant pignon sur rue, quoi que Kodjo ait maille à partir avec ses leaders. Il explique que les Evêques exigent que soit clairement stipulé dans ce projet d’accord, que l’actuel Président ne sera pas candidat à la prochaine élection, et qu’il y soit fixé les dates des élections. De son côté, le Facilitateur, Edem Kodjo, peine à ramener dans sa cours tous ceux-là qu’il a crus, à tort d’ailleurs, être acquis à sa cause, comme devant lui faciliter la tâche pour écarter le Rassemblement, la Dynamique politique et les autres forces acquises au changement notamment, la Dynamique de l’opposition extraparlementaire. Impossible a été le plan d’organiser le dialogue dans 14 jours comme initialement prévu. Au regard des anicroches et autres impondérables liés à la dynamique de la vie politique et aux réalités congolaises, le dialogue de Kodjo épuise ses quelques jours pour avaler tout le mois de septembre, teinté de ses jours sombres du 19, 20 et 21 gravés dans les annales du combat politique pour le respect de la constitution. Nonobstant la crise, malaise ou n’importe quel autre nom traduisant l’impossibilité pour Kodjo d’amener les dialogueurs à conclure, il appert aussi qu’il est impossible pour ce dernier de démissionner. Kodjo se veut jusqu’au-boutiste. Le message non équivoque de Didier Reynders, soutenant qu’il faut un autre médiateur pour chercher l’inclusivité, n’a pas semblé l’étioler. Même le message du Président en exercice de l’Union Africaine, Idriss Deby, allant dans le même sens, ne le trouble outre mesure. Voilà que tout se résume dans l’impossibilité de faire triompher l’inclusivité, de conclure un accord politique pour gérer l’après 19 décembre prochain, et de démissionner pour Kodjo, qui tient à aller jusqu’au bout.

La Pros.

http://www.laprosperiteonline.net/affi_article.php?id=11375  

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22