DU CONGO AU BRESIL

25 avril 2007

Au fil des jours

dsc02624.jpg

Soeur Chantal Maganga, Missionnaire de l’espérance

 

 

Sœur Chantal Maganga est une jeune sœur congolaise de la Congrégation des Sœurs Xavériennes.

Après  avoir suivi des études de pastorale et de catéchèse à Rome, elle est rentrée en RDC pour une période de vacances, avant de gagner son nouveau poste d’affectation au Brésil.

Elle vient de passer quelque mois au Congo, à Kindu et Lubumbashi.  Elle vient de rentrer à Parme à la maison mère de sa congrégation, où prépare son voyage pour le Brésil.

Nous l’avons rencontrée.

 

“C’est avec une grande joie que j’ai pu frôler encore une fois le sol de ma terre natale du Maniema. J’ai rencontré mes frères et sœurs congolais plein de joie et d’espérance. J’ai eu tout de suite la sensation d’être tombée dans une réalité nouvelle, où les rêves deviennent lentement réalités, et cela malgré  la persistance des gros problèmes de jadis comme ceux de la famine, de la santé, du travail, de la scolarité des enfants, de la société, etc. Tous espèrent, tous attendent  le Congo de demain, différent que celui d’aujourd’hui et qui vient de commencer avec les élections. Toutes les personnes rencontrées n’ont fait que me répéter : – demain sera meilleur qu’aujourd’hui -. »

 

-         Mais à Kindu, au Maniema, avez-vous vu des changements ? Il y a eu quelque chose qui vous a frappé le plus et que hier elle n’était pas là ? 

 

Sœur Chantal : Oui les changements sont là. J’ai rencontré les gens plus mures, plus conscientes, plus motivés. Kindu c’est une ville carrefour et qui se relie avec trois grandes villes de la République : Kinshasa, Lubumbashi et Kisangani. L’aéroport travaille à un rythme fou.

La chose qui m’a frappé est celle des militaires rencontrés un peu partout, mais qui ne dérangent personnes et qui ne disent rien. Il y a quelques années ca n’était pas comme ça. J’avais peur de me rencontrer un militaire. Je sentais en moi une forte sensation de repousse et de refus.

 

-         Il y a des changements aussi au niveau social de la population ? 

 

Sœur Chantal : La vie demeure toujours très difficile. La communication avec les grandes villes  du pays est augmentée et la ville est pleine de petits magasins où un peut trouver de tout . Mais il faut voir à quel prix ! Le commerce est fait par avion et le ravitaillement de la ville se fait par la seule voie aérienne.  Le train arrive une fois par mois. Les  gens souffrent beaucoup.

A Kindu circule beaucoup d’argent et on s’aperçoit de cela par les centaines de nouvelles constructions qui sont en train de se faire par ci et par là. Il y a des quartiers entiers, tous nouveaux, qui naissent comme de champignons. C’est un bon signe qui montre la bonne volonté de la population. Les gens veulent vivre bien et oublier les mauvaises années de guerres et de violences. L’électricité est arrivée à Kindu, mais on très loin d’avoir de l’eau potable et des bonnes routes.

 

-         Et les médias sont présentes à Kindu ? 

 

Sœur Chantal : La radio et la télé sont là. D’ailleurs avant que le courent arrive plusieurs habitants de Kindu possédaient de petit générateurs qui servaient aussi à allume un petit poste de télé.  Aujourd’hui on assiste à une véritable prolifération d’antennes paraboliques et d’émissions de radio.  Mais c’est la Radio de Tambwe Mwamba qui bat tous et qui est la plus écouté par les gens. C’est une radio proche de la population, très ouverte aux problématiques de la province du Maniema et surtout de la ville de Kindu. Je l’appellerai comme une radio du peuple.  Les médias ont un rôle très important dans la reconstruction du pays. L’Eglise aussi doit en être consciente, car  l’évangélisation se joue aussi par l’intermédiaire des médias.

 

-         Nous ne pouvons pas oublier de parler aussi de l’Eglise Catholique de Kindu.  Que pensez-vous de cette église qui par contre est l’église qui vous a fait grandir dans la foi et dans laquelle vous avez aussi muri la vocation à la vie religieuse ? Le Diocèse de Kindu vient d’avoir son nouveau pasteur dans la personne du P. Blanc le P. Willy Ngumbi, un religieux, un missionnaire, un véritable fils du Maniema, né à Kalima. Que pensez-vous de tout cela ? 

 

Sœur Chantal : C’est presque 3 ans que cette Eglise attendait son pasteur. Après la mort de feu Monseigneur Mambe en 2002, est arrivé Mgr. Kaboy, Evêque de Kasongo, comme Administrateur Apostolique,  toujours divisé entre deux diocèses. Pas facile pour lui. Aujourd’hui 25 avril le Pape Benoit XVI nous fait ce cadeaux. Dans nos prières nous avons demandé un religieux, un homme humble… et voila que le bon Dieu vient de nous exaucer.

Je suis  très heureuse et satisfaite. Le P. Ngumbi est missionnaire et notre église de Kindu manque de cet élan missionnaire qui puise bien le donner vitalité et courage  de renouveau

 

-         Ma Sœur vous êtes nommée comme missionnaire au Brésil. Du Congo au Brésil, un pas énorme de changements, de mentalités, de nouveau. Qu’est-ce que vous sentez en vous en ce moment ? Qu’est-ce que voua allez amener aux brésiliens de vous-même, comme congolaise ? 

 

Sœur Chantal : Je ne sais pas ce que m’attend au Brésil. Mais je suis tranquille. Le Brésil, je pense, suite a tout ce que mes consœurs me racontent, ne doit pas être très différent que le Congo. D’une chose je suis certaine : je vais amener au Brésil moi-même et je vais être un signe d’espérance avec ma vie et mon action. Ce que désire le peuple congolais, je pense aussi que le désire aussi ce peuple brésilien, que j’aime déjà.  Comme religieuse j’amène ma conviction qui est centré dans la foi en Jésus Christ : voila notre espérance. Voila aussi l’espérance que nous sommes appelés à donner à nos frères et sœurs.

 

La suite donc dans quelque jour quand vous arriverez au Brésil… mais alors sera une autre page d’histoire encore plus belle et enthousiasmante.

 

© www. Kakaluigi.unblog.fr

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22